BIRTH MARKED, Livre tome 1

birth marked tome 1Dans le monde de Gaia, il y a les privilégiés, qui habitent derrière le mur de l’Enclave, et ceux, comme elle, qui vivent à l’extérieur. Tous les mois, la jeune fille aide sa mère, sage-femme, à donner à l’Enclave trois nouveau-nés. Mais, un soir, les parents de Gaia sont brutalement arrêtés et conduits derrière le mur. A peine ont-ils le temps de lui confier un mystérieux ruban sur lequel est brodé un étrange code.

—-


● Titre : Birth Marked
● Auteur : Caragh M. O’Brien
● Genres : Dystopie / Jeunesse / Science-Fiction / Young-Adult
● Numéro : Tome 1 : Rebelle
● Nombre de pages : 300 pages
● Edition : Mango
● Prix broché : 18€50
● Prix poche : 7€90



 CRITIQUES PRESSE

« Une lecture vive et parfois troublante, un rythme trépidant, une héroïne pleine de ressources et une intrigue aux surprenants rebondissements. »
– Publishers Weekly

« Plein de suspense et de rebondissements, ce roman interroge aussi les capacités du lecteur : parviendra-t-il à déchiffrer seul le code ? Intriguant et captivant, ce ressort donne envie de poursuivre la lecture. »
– Ricochet-Jeunes.org



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Caragh M. O’Brien
Caragh M. O`Brien est née à St Paul et est américaine. Après l’obtention d’une licence à l’Université Johns Hopkins, elle enseigne dans le Connecticut. Elle est l’auteur de la série Birth Marked. Cette trilogie a obtenu de nombreux prix littéraires (young adult, fantasy, féministes, fictions, pour adolescents, etc), listés sur le blog de l’auteur.



◆ MON AVIS ◆

Je suis tombée sur ce livre complètement par hasard, tandis que je cherchais de nouveaux livres pour mon étagère. Oui elle est assez autoritaire, et mon porte-monnaie en prend toujours un coup. Bref, j’ai beaucoup aimé la couverture, avec ce visage de jeune femme et cette marque qu’elle porte sur la joue. Le titre est assez bien trouvé et éveille la curiosité bien que l’on ne nous apprenne rien sur ce qu’il peut se passer dans le livre sans le résumé au dos. Et là coup de foudre : c’est de la dystopie ! Et on entre au coeur de l’histoire avec ces quelques lignes.

Lorsque l’on lit les premières on découvre cet univers étrange dans lequel Gaïa — la jeune fille de la couverture — vit. C’est un monde post-apocalyptique où la famine a sévi et la population a dû créer un nouveau gouvernement dans l’Enclave (le centre de la ville). L’un des points forts de l’auteur, c’est sa capacité à avoir créé une dystopie avec tant d’imagination et tant de précisions que l’on y entre sans difficulté. Bien loin de ses semblables Hunger Games ou Divergente, Caragh O’Brien a su ancrer son histoire dans un univers à part.

Son personnage, Gaïa (qui est d’ailleurs assez bien choisi car il signifie « terre » en grec ancien), n’est pas comme les autres : elle a été brûlée sur une partie de son visage étant enfant et est désormais connue à l’extérieur des murs de l’Enclave. En faisant sortir son personnage du lot, Caragh O’Brien réussit son début de roman. Dans toute la trilogie, on aborde le fait que Gaïa est, comme sa mère, sage-femme bien qu’elle ne soit au début que son apprentie. Ce n’est pas un travail qui lui plaît car, tous les mois, chaque sage-femme professionnelle doit donner trois des nouveaux-nés qu’elle mette au monde, les séparant de leur famille pour pouvoir diversifier le peuple à l’intérieur de la ville fortifiée. J’ai expliqué ceci car cela à son importance tout au long de l’histoire et c’est ce qui va lier Gaïa à l’intrigue principale.

Pour l’aspect intérieur du roman, nous avons le droit à beaucoup, beaucoup de descriptions ce qui n’est, vous commencez à le comprendre, pas pour me déplaire. En effet, Caragh O’Brien met tant de détails ! On se sent projeté dans cette histoire qui est très intéressante. Les relations entre les personnages sont assez développées et leur personnalité est assez creusée pour que l’on ait envie de poursuivre la lecture. Un bon point pour l’auteur, car il m’en faut beaucoup pour lire un livre sans avoir, au préalable, découvert l’avis d’autres chroniqueurs. Par ailleurs, chaque petit rebondissement, chaque moment de suspense, chaque découverte sur le monde de Gaïa m’a fait tourner les pages au point que j’ai lu ce petit livre en moins d’une semaine.

En bref, un début de trilogie fort prometteur pour la suite. L’univers dystopique est entièrement présent et on plonge dans une toute autre société qui nous change des autres. Un bon premier tome.

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAIT

« Il est des actes qui, un fois commis, ne peuvent jamais être remis en cause parce que, dans le cas contraire, on ne pourrait pas aller de l’avant. Et nous le devons, chaque jour. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s