LE COMBAT D’HIVER, Livre

le combat d'hiverLe combat d’hiver est celui de quatre adolescents, évadés de leur orphelinat-prison, pour reprendre la lutte perdue par leurs parents, quinze ans plus tôt.
Ont-ils la moindre chance d’échapper aux terribles «hommes-chiens» lancés à leur poursuite dans les montagnes glacées ? Pourront-ils compter sur l’aide généreuse du «peuple-cheval» ? Survivront-ils à la barbarie des jeux du cirque réinventés par la Phalange ?
Leur combat, hymne grandiose au courage et à la liberté, est de ceux qu’on dit perdus d’avance. Et pourtant.


● Titre : Le Combat d’Hiver
● Auteur : Jean-Claude Mourlevat
● Genres : Young-Adult / Dystopie / Science-Fiction
● Nombre de pages : 336 pages
● Edition : Gallimard Jeunesse
● Prix broché : 15€50
● Prix poche : 6€70



 CRITIQUES PRESSE et QUELQUES MOTS DE L’AUTEUR

« On est complètement pris par cette aventure trépidante dans un univers sombre et complexe. »
– LeMonde

« Le Combat d’hiver est un solide roman mené de main de maître. »
– Ricochet-jeunes.org

« Pour la première fois, j’ai inventé une histoire avec l’envie de parler d’un sujet : le combat de la culture contre la barbarie. »
– Jean-Claude Mourlevat



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Jean-Claude Mourlevat
Jean-Claude Mourlevat est né en 1952 à Ambert en Auvergne, de parents agriculteurs. Il est le cinquième enfant de six. Il fait des études à Strasbourg, Toulouse, Bonn et Paris et exerce brièvement le métier de professeur d’allemand avant de devenir comédien et metteur en scène de théâtre. À partir de 1997, il se consacre à l’écriture, avec tout d’abord des contes, puis un premier roman, La Balafre. Depuis, les livres se succèdent avec bonheur, plébiscités par les lecteurs, la critique et les prix littéraires : Le Combat d’hiver, Le Chagrin du Roi mort, Terrienne. Jean-Claude Mourlevat réside près de Saint-Étienne, avec sa femme et leurs deux enfants.



◆ MON AVIS ◆

Un livre écrit tout près de chez moi ! J’ai rencontré cet auteur au cours d’une rencontre organisée lorsque j’étais en classe de CM2. Cela remonte à très longtemps et je n’ai pas oublié. J’ai lu quelques livres de Jean-Claude Mourlevat, notamment la duologie La Rivière à l’envers et La Balafre, son premier roman. Par ailleurs ce n’est que deux ou trois ans plus tard que je me suis lancée dans la lecture de Le Combat d’hiver mais j’avais toujours eu envie de le lire, surtout parce que son genre principal est la dystopie. Lors de cette rencontre, j’avais beaucoup aimé la plume de l’auteur et la capacité de ses romans à s’ouvrir à un large public. J’avais aussi beaucoup apprécié l’auteur en lui-même. C’est quelqu’un de simple et qui ne se prend pas la tête. D’ailleurs, il avait été très sympathique avec nous et nous avait même raconté quelques anecdotes en tant qu’écrivain. C’est donc un auteur que je n’hésiterais jamais à relire, car ses romans ont beaucoup de qualités. Si vous avez l’occasion d’en lire un, n’hésitez pas !

Changeons de sujet et revenons à Le Combat d’hiver. Pour faire simple, ce livre est l’histoire de quatre adolescents, deux filles et deux garçons provenant de deux internats non mixtes différents, qui vont décider de s’évader de cette sorte de prison afin de poursuivre la lutte de leurs parents quinze ans plus tôt. La lutte contre le gouvernement. Et c’est dans une aventure parsemée de péripéties que les quatre adolescents vont se lancer. Et la chose n’est pas simple. En effet, ils vont être poursuivis par des créatures assez étranges que l’on appelle les hommes-chiens.

Pour un roman seul, Jean-Claude Mourlevat nous raconte une histoire très complète, dans un cadre dystopique où son talent d’imagination est clairement mis en avant ! Et c’est l’une des grandes qualités de cet auteur, dont les romans méritent pourtant d’être lus par grand nombre de gens. On a le droit à de magnifiques descriptions et certaines scènes ne sont pas sans rappeler le thriller avec une once d’horreur au cinéma. Bon, ce n’est pas non plus un roman qui va nous faire cauchemarder mais tout est écrit avec une telle précision ! On se sent nous aussi emporter dans cette course contre la montre entre nos quatre protagonistes et les hommes-chiens. Et jamais l’auteur ne nous laisse nous remettre de nos émotions, car il y a toujours quelque chose qui arrive. Par ailleurs, malgré les difficultés rencontrées par les quatre adolescents, il y a toujours une pointe d’espoir par-ci par-là qui permettent aux protagonistes de s’accrocher — et nous avec — à un avenir meilleur.

La narration externe a ce petit plus de nous proposer différents points de vue pour nous permettre d’avoir une vue d’ensemble sur les événements. Ainsi l’on se sent moins perdu même si, en mon sens, l’auteur aurait pu se focaliser uniquement sur les adolescents pour augmenter le suspens et nous faire vivre pleinement le livre. Mais, en plus de l’action omniprésente, l’auteur apporte quelques touches de douceur et de légèreté.

En bref, ce tome unique est une belle démonstration des talents d’un auteur français. En effet, la littérature française ne possède que très peu de livres dystopiques ou encore de science-fiction, et c’est bien dommage ! Avec une telle imagination, Jean-Claude Mourlevat prouve que la littérature made in France en a le talent. Un très bon livre, avec lequel j’ai passé un agréable moment.

◆ Note : ★★★★★ ◆



EXTRAITS

« Je trouvais ça tout naturel. Je ne savais pas que c’était le paradis. On découvre le paradis quand on le perd, et le nid quand on en tombe. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« La force brutale était bien sûr du côté des barbares, mais comment croire qu’il n’y a pas, tapi dans le coeur des gens, le souvenir précieux de leur vie d’avant? Il y avait à coup sûr une braise sur laquelle souffler avant que les ténèbres ne recouvrent tout à fait le monde. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s