SI JE RESTE, Livre

si je resteMia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis…
Et puis vient l’accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes: d’abord, elle entend tout ce qu’on dit autour de son lit d’hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C’est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.

EN LECTURE COMMUNE avec Reves-de-lectures ()


● Titre : Si je reste
● Auteur : Gayle Forman
● Genres : Young-Adult / Amour
● Numéro : Tome 1
● Nombre de pages : 220 pages
● Edition : OH !
● Prix poche : 6€20



 CRITIQUE PRESSE

« « Si je reste » est une merveilleuse histoire d’amour, mais aussi un livre qui nous fait réfléchir à l’essentiel, à la place de l’amour et du bonheur, à tous ces liens avec nos proches auxquels on s’habitue et qui sont pourtant le vrai trésor de nos vies. »
– Amazon



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Gayle Forman
Gayle Forman a d’abord été journaliste pour le Seventeen Magazine, puis elle écrit pour des magazines tels que Jane, Glamour, The Nation, Elle et Cosmopolitan. En 2002, elle part faire un tour du monde avec son mari. À son retour, elle écrit son premier livre, un récit de voyage. Elle publie ensuite en 2007 son premier roman Sisters in Sanity (non traduit en français). Son nouveau roman, Si je reste, (If I stay) , qui est sorti le 27 avril 2009 en France (chez Oh ! édition), va faire l’objet d’une adaptation au cinéma. C’est Catherine Hardwicke, réalisatrice de Twilight, qui assurera la direction de ce long métrage. Par la suite, elle écrit un roman, Les cœurs fêlés, qui est en cours d’adaptation au cinéma par les producteurs de Twilight. Aujourd’hui, l’auteur vit à New York avec sa fille et son mari.



◆ MON AVIS ◆

Ayant vu l’adaptation cinématographique avec une actrice que j’aime beaucoup dans le rôle principal, et en tant qu’adepte de la littérature, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre. Et puis, bon, le prix est très intéressant pour la duologie. En tout cas, j’ai glissé les deux tomes aux pieds de mon sapin à Noël.

Je vais vous poser la question : Dois-je vraiment présenter le livre ? Non, je dis cela car une grande majorité de lecteurs connait ce livre ! Bien que je ne m’attende pas à une réponse en écrivant cette chronique, je vais quand même vous présenter le livre car le résumé fait partie intégrante de toutes mes chroniques ! Donc Si je reste, c’est l’histoire de Mia, 17 ans, à qui la vie sourit : une famille géniale, des parents en or, la meilleure des amies et un petit-ami parfait. Elle a aussi un talent exceptionnel : celui de jouer du violoncelle. Bref, une vie assez bien. Je dirais même très bien, mais n’exagérons rien tout de même ! Mais, et il y a toujours un « mais », il va arriver quelque chose qui va bouleverser sa vie : un accident de voiture. Et ses parents perdent la vie. Son petit frère, Teddy, est blessé et, quant à Mia, elle se retrouve dans le coma. Elle va alors se livrer un combat intérieur. En effet, après l’accident, elle découvre qu’elle est, en quelque sorte, sortie de son corps et voit donc tout ce qu’il se passe. Elle va voir ses proches défiler devant elle et parler à son corps. Oui enfin pas son corps réellement mais à « elle » physiquement. Enfin voilà ! (de pire en pire…) Et dooooonc, c’est à elle qu’incombe la tâche de décider de ce qu’elle veut faire : rester ou s’en aller. Ce dilemme va être accentué par des souvenirs qui lui reviennent.

Veuillez m’excuser pour ce long résumé mais c’est mon petit rituel. Bref, revenons-en à l’aspect physique du livre lui-même. Tout d’abord, la couverture. Elle est assez « vague » et ne nous permet pas de découvrir l’histoire. Mais il faut avouer qu’elle est un peu intrigante. Quand on retourne le livre et qu’on lit la quatrième de couverture, rares sont ceux qui ont quand même abandonné le livre dans les rayons de la librairie. On a envie d’en savoir plus. Et il rejoint alors notre bibliothèque avec tous ses nouveaux petits frères. Mais, et je sais que je suis l’une des rares, le livre ne m’a pas plus plu que cela. Laissez-moi m’expliquer : l’auteur écrit, certes, très bien, mais je n’ai pas accroché. Beaucoup d’événements se produisent sans qu’il y ait un réel lien entre eux. On voit défiler les souvenirs de Mia sans raccord entre chacun. Et c’est bien dommage ! Et puis parfois on a des souvenirs antérieurs à ceux présentés avant. Il n’y a pas d’ordre chronologique et cela m’a un peu embrouillé. Certains n’ont pas réelle utilité et on se retrouve vite avec une armada d’informations qui ne nous apportent rien de plus.

Après, je me suis dis que le livre était un peu comme le journal intime de Mia. Elle y raconte son histoire et c’est avec cette hypothèse en tête que j’ai réussi à poursuivre ma lecture. D’ailleurs, ce qui m’a un peu chagriner, c’est le fait qu’il n’y ait aucun chapitre. On pourrait considérer que les heures indiquées constituent des chapitres mais c’est vrai que j’aurais préféré des chapitres parce qu’on a vraiment l’impression de ne jamais pouvoir souffler. Et c’est malheureusement bien dommage ! L’histoire est prenante, attachante, originale et très belle mais il y a, selon moi bien sûr, quelques petits défauts.

Enfin, c’est surtout le caractère et la personnalité de Mia qui m’ont fait moins apprécier ma lecture. Je la trouve très touchante mais elle a toujours peur des conséquences et de ce qu’il pourrait se passer si elle fait telle ou telle chose. Elle a aussi ce côté un peu enfantin, alors qu’elle devient de plus en plus une jeune femme. Cela est sûrement dû au fait que l’écriture de Gayle Forman est assez simple, légère et toutefois très belle. Par ailleurs, on a le droit à de belles scènes très bien décrites qui m’ont permis de m’accrocher au roman et m’ont fait éprouver des émotions, même si l’auteur passe très vite sur d’autres scènes.

En bref, un premier tome que j’ai moyennement aimé mais qui a quand même des qualités d’écriture que je ne peux pas nier. Connaissant ma nature curieuse, je lirais sûrement le deuxième tome, et aussi pour ne pas le laisser dans la bibliothèque, tout petit et orphelin qu’il est.

◆ Note : ★★☆☆☆ ◆



EXTRAITS

« Je me rends compte maintenant que c’est facile de mourir. C’est vivre qui est difficile. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Tu sais bien qu’en amour, il y a des hauts et des bas. parfois, c’est l’harmonie, parfois, la cacophonie, comme en musique. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s