THE GENERATIONS, Livre tome 1

aliveEm se réveille dans les ténèbres, seule, entravée dans un espace confiné qui ressemble à un sarcophage. Elle sait que c’est le jour de son anniversaire mais… c’est tout. Elle ne se rappelle ni son nom, ni ce qu’elle a fait la veille, ni le visage de ses parents. Elle n’y comprend absolument rien. Lorsqu’elle parvient, à force de volonté, à se libérer de ce piège, elle découvre, autour d’elle, onze autres cercueils, dont certains occupants sont encore en vie. Une initiale et un nom de famille sont gravés sur chaque sarcophage. La jeune fille prend la tête du petit groupe d’adolescents – qui pensent tous avoir douze ans, mais qui en paraissent plutôt dix-sept – et découvre un labyrinthe de couloirs poussiéreux, constellés par endroits d’ossements. Se trouvent-ils sous terre ? Y a-t-il d’autres survivants ? Comment trouver eau et nourriture ___________________? Et surtout : qui sont-ils, quels sont ces étranges ___________________symboles qui marquent leur front, comment se sont-ils ___________________donc retrouvés là ?
● Titre : The Generations
● Auteur : Scott Sigler
● Genres : Thriller / Dystopie
● Nombre de pages : 469 pages
● Numéro : Tome 1 : Alive
● Edition : Lumen
● Prix poche : 15€00



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Scott Sigler
Scott Sigler se présente comme l’inventeur du podcast, d’Internet et du moteur à combustion interne. Il admet qu’Al Gore l’a un peu aidé pour Internet, mais affirme qu’il a fait la plupart du boulot. Il ne revendique cependant que la paternité du podcast, lui qui en créé un tous les dimanches (excepté celui du Super Bowl). Dans ces conditions, c’est sans surprise qu’il est devenu l’auteur de livres audios rencontrant le plus de succès dans le monde, avec plus de trente mille fidèles abonnés par œuvre, qui se nomment eux-mêmes « Junkies ». Ses livres se sont placés en tête des classements des publications audios, iTunes compris. Cette immense popularité lui a valu des articles et des couvertures dans le New York Times, le Washington Post et le Business Week, entre autres. Originaire du Michigan, Scott vit aujourd’hui à San Francisco, en compagnie de sa femme et de leur chien.



◆ MON AVIS ◆

Avec sa couverture intrigante, ce roman a de quoi faire des jaloux ! Je craque souvent pour un livre en regardant d’abord sa couverture. Et j’avoue que là, j’ai fondu. C’est une couverture assez simple en fait, avec une jeune fille à l’envers, un cercle sur le front, le titre et le nom de l’auteur. Mais le mystère dégagé par la couverture est vraiment impressionnant. Et quand on regarde la quatrième de couverture, là on craque. Les mystères s’épaississent quand on voit cette quatrième de couverture, et le résumé a fini de me convaincre.

L’histoire, c’est celle de Em et c’est le jour de ses douze ans. C’est la seule chose dont elle se souvienne à son réveil dans un espace confiné. Elle ne se rappelle de rien, pas même son prénom. Et après de nombreux efforts, elle parvient à s’extraire de cet espace confiné. Et lorsqu’elle sort, Em se rend compte qu’elle était dans un cercueil. Et autour d’elle, il y en a 11 autres, et certaines personnes enfermées à l’intérieur sont vivantes. Elle les aide à sortir et ensemble ils tentent de comprendre où ils sont et comment sortir d’ici. Ils savent seulement qu’ils ont douze ans, alors qu’ils en paraissent dix-sept. Em prend alors la tête du groupe et ils s’aventurent dans ce labyrinthe en quête de réponses.

Comme je vous l’ai dit, j’ai eu un coup de coeur pour le résumé. Bon, ceux qui me suivent commencent à me connaître, j’ai tendance à reformuler le résumé pour vous. Du coup, le résumé original est bien mieux que le mien ! Il regorge de mystères !

Dès les premières pages, on est directement plongé dans l’histoire, sans plus de préambule. On entre dans la peau d’Em, et on l’a suit tandis qu’elle tente de s’extraire de son cercueil. Certains auteurs ont assez de mal à faire plonger le lecteur immédiatement, et certains préfèrent la voix de la douceur. Mais avec Scott Sigler, on est propulsé dans le roman et on accroche facilement ! Il ne nous lâche pas et arrive toujours à nous faire ressentir l’angoisse d’Em. C’est vraiment impressionnant, car, ainsi, on arrive très bien à s’imaginer les scènes. Les premières pages se tournent toutes seules et certains mystères s’éclaircissent petit à petit. Mais ce qu’on sait, c’est ce que les personnages savent. Il ne nous est donné aucune autre information, et on évolue ainsi aux côtés des personnages, et ce point de vue interne est vraiment très bien choisi.

Et pour ces flux d’émotions, c’est d’autant plus important car le roman est un huit clos. En gros les personnages sont enfermés entre quatre murs. Du coup cela entraîne une ambiance étouffante et angoissante. Ne pas trouver une voie de sortie met leurs émotions à rude épreuve, et on ressent nous aussi tout cela, bien tranquille le nez dans le roman. Cette sensation est vraiment dingue, car l’auteur arrive à nous faire passer tout un tas de sentiments. On passe des rires aux larmes, de la peur au bien-être. C’est assez étrange en fait car soit c’est un changement progressif soit brutal. Un moment de répit et l’instant d’après l’angoisse fait son grand retour. Ce côté thriller fantastique/dystopique est vraiment très intéressant et parfaitement bien mené. Je n’avais jamais lu un roman pareil et il est clair qu’il sort de l’ordinaire. On voit le travail qu’a réalisé l’auteur car tout a parfaitement sa place. Et puis les chapitres ont beau être très bien construits, il n’y a pas que la technique qui compte car l’histoire trouve sa place et s’enchaîne très bien.

Venons-en aux personnages. Bon, je vais vous faire une remarque personnelle. L’héroïne, je n’ai pas pu l’aimer. J’ai eu du mal pendant toute ma lecture et il m’arrivait de bloquer quand elle réagissait d’une manière que je n’aime pas. Malgré ce qu’elle en dit, elle est assez avide de pouvoir et se laisse facilement détourner de ses objectifs. Et comme le roman est à la première personne, j’ai dû me raccrocher à l’époustouflante histoire et à l’ambiance pesante dû aux dangers à chaque tournant. Mais c’était parfois compliqué car Em agit parfois en enfant plus qu’en leader d’un groupe de jeunes personnes au beau milieu d’un endroit inconnu. Le point positif dans tout ça, c’est encore une fois les émotions que nous transmet l’auteur. Même si parfois je m’en serais passé tant l’héroïne m’était insupportable. J’avais vraiment envie de la taper parfois, vraiment. Même si elle agissait la plupart du temps en conséquence, et qu’elle sait diriger.

Bref, parlons des autres personnages car heureusement il n’y a pas qu’elle. Tous ont une personnalité creusée et jamais trop complexe car sinon on se perdrait. Il y a quand même beaucoup de personnages et on pourrait facilement se perdre si la plume de l’auteur ne nous sauvait pas à chaque fois.

Maintenant, parlons des mystères. J’adore. Déjà avec l’angoisse qui traîne dans l’air et tous ses rebondissements, on dévore le livre. A chaque fois qu’on tourne une page, on a vraiment l’impression que tout peut nous tomber dessus. Et la plume de l’auteur fait souvent traîner les choses avant de nous mettre un retournement de situation ou un rebondissement. Parfois on ne s’y attend pas, mais la plume de l’auteur est vraiment belle donc on s’y habitue vite.

Quelques mots sur cette merveilleuse fin. Wow. Avant les remerciements, l’auteur nous adresse à nous, blogueurs, une petite faveur. Ne rien dévoiler de la fin, pas même un petit quelque chose. Rien. Je n’ai pas pour habitude de le faire, mais je vous dis toujours mon ressenti. Du coup le voilà : wow. On ne s’y attend pas et ça nous tombe dessus comme ça, d’un coup. Et passé l’overdose du choc, on découvre le pourquoi du comment. Mais qui est cet auteur ?! Bon sang, que c’est un génie ! Il nous mène en bateau du début à la fin et lorsque l’on découvre ce qu’on doit découvrir, et bien on se dit qu’on s’est bien fait avoir. Une fois de plus, Scott Sigler nous montre tout son talent dans cette fin à couper le souffle !

A cause de mes chroniques en retard, je poste celle-ci maintenant mais le roman est lu depuis un petit moment déjà. Et c’est en l’écrivant que je me rends compte que j’ai eu un gros coup de coeur pour ce roman. Malgré mon problème avec l’héroïne, ce roman fut une vraie découverte.

En bref, Alive est un premier tome saisissant dont l’époustouflante histoire est menée d’une main de maître et de génie. Un coup de coeur pour ce roman, et avec une telle fin, j’attends le second tome avec une immense impatience. Ce livre est à la frontière entre dystopie et thriller, et c’est un régal.

◆ Note : ★★★★★ ◆

coup de coeur



EXTRAITS

« J’ouvre les yeux dans le noir. Le noir total. J’entends ma propre respiration, mais rien d’autre. Je soulève la tête – elle bute sur une surface solide, qui ne bouge pas d’un pouce. Il y a un mur juste devant mon visage. Non, pas un mur… un couvercle. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Nous pouvons être qui nous voulons. Nous pouvons bâtir notre avenir et, si nous commettons des erreurs, alors ce seront les nôtres. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour THE GENERATIONS, Livre tome 1

  1. ideesalire dit :

    Tu me donnes super envie de le lire ! Hop dans la WL.

    J'aime

  2. C.K. Sith dit :

    Ta chronique me donne TELLEMENT envie de le lire !!

    Alors que je l’ai déjà lu XD !
    En tout cas ta chronique rejoins la mienne en tout point ! Em m’a parfois paru … presque folle a cause de sa soif de pouvoir et de droit … Et je crois que peu de lecteurs l’ont apprécie ahah, mais heureusement, l’histoire est excellente !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s