SONGE A LA DOUCEUR, Livre

Songe à la Douceur, Clémentine BeauvaisQuand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse, et lui, semblerait-il, aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il ne peut plus vivre loin d’elle. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur, c’est l’histoire de ces deux histoires d’amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans, à ce moment-là d’une vie, peuvent changer.

 

EN PARTENARIAT avec Lecteurs.com ()
et les Editions Sarbacane ()

● Titre : Songe à la Douceur
● Auteur : Clémentine Beauvais
● Genres : Romance / Poésie
● Nombre de pages : 240 pages
● Edition : Sarbacane
● Prix broché : 15€50



CRITIQUE PRESSE

« Certes c’est une sacrée gageure de proposer ainsi l’adaptation contemporaine d’un classique de la littérature russe, pourtant avec force modestie, sensibilité et drôlerie. »
– Ricochet Jeunes



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Clémentine Beauvais
Enseignante-chercheuse en sociologie et philosophie de l’enfance à l’université de York, dans le nord de l’Angleterre, Clémentine Beauvais a publié des livres pour enfants en France dont On n’a rien vu venir chez Alice Jeunesse, Samiha et les fantômes et La pouilleuse. Deux de ses albums ont reçu le soutien d’Amnesty International. Les petites reines est élu Meilleur livre jeunesse en 2015. Elle écrit pour tous les âges, des plus petits aux jeunes adultes.



◆ MON AVIS ◆

Avant de commencer, je tiens à remercier les éditions Sarbacane ainsi que le site lecteurs.com pour m’avoir permis de découvre Songe à la Douceur dont j’entends parler depuis sa sortie ! Le livre avait l’air vraiment bien, avec sa superbe couverture et son résumé qui me tentait bien. Il faut dire que je suis plus une lectrice de fantastique que de romance ! Et pourtant, le livre a réussi à m’emporter dans son histoire.

Cette histoire, justement, c’est celle de Tatiana et Eugène qui se rencontrent grâce à deux de leurs proches qui sont en couple. Ils vont se rencontrer dix ans auparavant lors d’un été. Tatiana va tomber amoureuse de lui mais Eugène refuse. Les années passent et, un jour par hasard, ils vont se retrouver et Eugène va se rendre compte qu’il en est amoureux. Mais Tatiana a changé et a des doutes.

J’ai essayé de faire mon propre résumé du livre sans vous spoiler plus que le résumé ne le fait. Mais voilà donc l’intrigue tournant autour de ce livre. J’ai aussi découvert que le roman est une adaptation contemporaine d’un roman de la littérature russe nommé Eugène Onéguine et écrit par Alexandre Pouchkine. Ici, on a le droit à une réécriture française et qui est plus actuelle.

Clémentine Beauvais a réussi à tourner cela à sa manière, pour en faire quelque chose de vraiment original, sur les traces du roman qui a inspiré cette histoire, bien que certains points sont différents du livre de base. Le passé et le présent y sont étroitement liés, le lecteur a le droit de replonger dans les souvenirs de Tatiana et d’Eugène pour savoir ce qu’il s’est passé dix ans auparavant lors de ce fameux été. L’auteure nous livre les indices petit à petit, et c’est cela qui nous fait tenir jusqu’au bout : on veut savoir ce qui a changé en eux à cette époque. Cette histoire est donc maîtrisée par Clémentine Beauvais qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page, autant par l’intrigue qui s’est déroulée dans le passé mais aussi sur l’avenir.

Parlons maintenant de la plume de l’auteur, car j’ai beaucoup à dire (et c’est positif !). Ce qui fait la beauté de ce livre c’est avant tout le style d’écriture. On a le droit à une histoire racontée en vers et en rimes ! C’est un travail énorme réalisé par l’auteure car le livre n’est pas si petit que ça. Dès que j’ai ouvert le roman, la mise en page a tout de suite attiré mon regard. J’aime beaucoup la poésie mais je me demandais vraiment ce que cela allait donner, car la poésie est belle et il ne suffit pas de dévorer les lignes en lisant vite pour tout comprendre. Mais ici, la plume de Clémentine Beauvais est fluide, tout en légèreté et avec un vocabulaire vraiment riche et intéressant. On se laisse bercer par la poésie de l’intrigue au sens propre comme au figuré car cette romance est vraiment belle !

A propos des personnages maintenant ! Il y en a peu, en fin de compte. Les deux protagonistes principaux, Eugène et Tatiana, sont présents de A à Z et leurs souvenirs et ce qu’ils font dans le présent occupent tout le livre. J’ai beaucoup aimé les personnages de Clémentine Beauvais qui sont bien creusés et leur personnalité est dévoilée progressivement. Je dois cependant dire que j’ai eu un peu de mal avec les personnages une fois qu’ils étaient tous deux adultes. Je les trouve bien mieux intéressants dans le passé, lorsqu’ils étaient jeunes. Ils ont gardé ce côté enfantin dans le temps présent et cela m’a un peu fait grimacer car je trouve qu’ils n’ont pas vraiment de réactions en tant qu’adultes concernant leurs sentiments l’un pour l’autre.

Le point fort, selon moi, concerne donc les retours dans le passé. Voir les personnages plus jeunes nous donne un meilleur point de vue sur eux. On les découvre dans l’innocence de l’âge et Tatiana découvre ses sentiments et elle en est un peu effrayée car elle ne sait pas comment Eugène va réagir face à cela. Les souvenirs nous permettent aussi de mieux comprendre l’histoire car il s’est passé beaucoup de choses cet été-là.

Finissons par dire quelques mots sur la seconde moitié du livre et surtout la fin. Les deux protagonistes, autant ceux du passé que ceux du moment présent, évoluent au fil des pages et ils se rapprochent l’un de l’autre mais, par moment, l’auteure met de la distance entre eux, comme si elle testait ses personnages pour voir ce qu’ils ressentent. La fin est plutôt bien et conclut ce livre  qui nous aura fait vivre une romance poétique et qui a traversé le temps.

En bref, une intrigue pleine de poésie et de beauté qui nous présente deux protagonistes vibrant d’amour et où le passé et le présent s’entremêlent. Je vous recommande ce livre !

◆ Note : ★★★★☆ ◆



AVIS DU BLOG PARTENAIREApril the seven
C’est par ici que ça se passe : 

● AVIS DU BLOG PARTENAIRE, Aliybooks
C’est par ici que ça se passe : 



EXTRAITS

« Pourquoi voudrait-on reconnaitre ses pensées
dix ans plus tard
quand le miroir nous montre bien qu’on a changé ?
On place plus haut nos idées
que notre visage, on se dit
qu’elles ne changeront jamais, nos pensées platine,
nos inoxydables promesses
(…)
Là où le présent caresse,
plus tard le passé pince.
 »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Est-ce que trente-cinq minutes ça suffit pour tomber amoureux d’une femme
Ou retomber amoureux
Est-ce que j’étais amoureux d’elle à l’époque
Est-ce que j’avais une subjectivité à l’époque
Est-ce que j’étais vraiment un être humain à l’époque 
»

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SONGE A LA DOUCEUR, Livre

  1. estwinch dit :

    Très belle chronique, merci pour ce moment de lecture ! Il me tarde de m’y plonger.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s