LE CRI, Livre

51ip04ozzwl-_sx210_Hôpital psychiatrique de Gaustad, Oslo. À l’aube d’une nuit glaciale, le corps d’un patient est retrouvé étranglé dans sa cellule, la bouche ouverte dans un hurlement muet. Dépêchée sur place, la troublante inspectrice Sarah Geringën le sent aussitôt : cette affaire ne ressemble à aucune autre…
Et les énigmes se succèdent : pourquoi la victime a-t-elle une cicatrice formant le nombre 488 sur le front ? Que signifient ces dessins indéchiffrables sur le mur de sa cellule ? Pourquoi le personnel de l’hôpital semble si peu à l’aise avec l’identité de cet homme interné à Gaustad depuis plus de trente ans ?
Pour Sarah, c’est le début d’une enquête terrifiante qui la mène de Londres à l’île de l’Ascension, des mines du Minnesota aux hauteurs du vieux Nice.
Soumise à un compte à rebours implacable, Sarah va lier son destin à celui d’un journaliste d’investigation français, Christopher, et découvrir, en exhumant des dossiers de la CIA, une vérité vertigineuse sur l’une des questions qui hante chacun d’entre nous : la vie après la mort…
Et la réponse, enfouie dans des laboratoires ultrasecrets, pourrait bien affoler plus encore que la question !

EN PARTENARIAT avec Babelio () et Audiolib ()

● Titre : Le Cri
● Auteur : Nicolas Beuglet
● Lu par : Olivier Prémel
● Genre : Thriller
● Nombre de CD : 2 CD pour 13h52 d’écoute
● Edition audio : Audiolib
● Edition papier : XO Editions
● Prix audio : 24€50



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Nicolas Beuglet
Scénariste, Nicolas Beuglet a publié un premier roman sous le nom de Nicolas Sker : Le premier crâne (2011). Le cri est son 2e roman.



◆ MON AVIS ◆

Avant de commencer je tiens à remercier Babelio pour sa Masse Critique qui m’a permis de lire mon premier livre audio et aussi Audiolib pour l’envoi ! Dès que j’ai vu que ce livre était proposé en version audio, j’ai direct sauté sur l’occasion et j’ai eu la chance d’être choisie. Ce livre me tentait beaucoup en papier chez XO Editions pour son côté thriller, j’ai donc fais du deux en un en l’écoutant en CD !

L’histoire tourne autour de la mort d’un patient de l’hôpital psychiatrique de Gaustad à Oslo en Norvège. Sarah Geringën, l’inspectrice chargée de l’affaire, ne croit pas à un simple suicide de la part du patient surnommé mystérieusement 488, chiffre qui est gravé sur le front de l’homme. Les événements s’enchaînent mais les mystères persistent et Sarah va tout faire pour résoudre les énigmes.

Une intrigue qui ressemble à beaucoup d’autres dans les romans policier mais l’auteur a su mettre sa touche personnelle en ajoutant de nombreux mystères, maîtrisés d’une main de maître. Du début à la fin, Nicolas Beuglet contrôle son histoire et les rebondissements s’enchaînent, donnant un très bon rythme à l’histoire. Jamais on ne se lasse de ce qu’il se passe, les hypothèses fusent et on se laisse surprendre plusieurs fois.

Parlons de la plume de l’auteur ! Ses descriptions sont réalistes, on parvient très facilement à visualiser les scènes. Les phrases sont fluides et s’enchaînent facilement. Certains passages nous donnent de belles leçons de morale. Il y a aussi de nombreuses remarques sur l’univers des sciences et le monde policier, ajoutant au réalisme de l’intrigue.

Il me faut aussi parler de mon expérience de lecture audio. Et bien je suis plus que satisfaite ! Il suffit de lancer les chapitres et on peut tout faire à côté, comme dessiner ou même écrire les chroniques de mes lectures personnelles que j’ai en retard… (mais ça chut il ne faut pas le dire). Enfin bref, j’ai vraiment adoré la version audio, cela change beaucoup et il suffit de fermer les yeux et on a l’impression d’être plongée dans l’intrigue.

Venons-en aux personnages. Sarah est l’héroïne au centre de l’intrigue et on la suit du début à la fin. Elle est très intelligente et son travail est un pilier pour elle qui la maintient encore debout malgré ce qu’il se passe dans sa vie. Quant aux autres personnages, il y a vraiment de tout et cette diversité renforce l’histoire en la rendant encore plus originale.

Par rapport à la fin du livre, j’ai beaucoup été surprise lorsque les mystères se dissipent pour laisser place à la vérité. L’auteur nous montre une fois de plus que son imagination est impressionnante. L’épilogue est très bien écrit et conclut ce thriller sur une bonne note.

En bref, un thriller saisissant qui nous plonge au coeur d’une intrigue haletante et qui ne cesse de surprendre par son originalité et ses énigmes. Je recommande ce livre ! 

◆ Note : ★★★★★ ◆



EXTRAITS

« La vie nous tuerait tous si nous n’avions pas l’oubli, madame Geringën. Cet oubli qui fait que nous ne pensons pas chaque seconde à l’absurdité de notre existence. Nous vivons sans savoir d’où nous venons et nous mourons sans savoir où nous allons. Comment vivre entre les deux ? Comment ne pas être paralysé par cette absence de sens ? »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Chaque époque a ses certitudes et le présent est parfois prétentieux lorsqu’il juge le passé. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s