DEADLY HEAVEN, Livre tome 1

Deadly Heaven« 1, 2, 3, je suis bientôt là… 4, 5, 6 pour t’écorcher vive… 7, 8, 9 ce n’est pas du bluff… 10, 11, 12, tu seras toute rouge.  » Heaven, hantée par ses cauchemars, entend cette chansonnette toutes les nuits. Quelqu’un, quelque chose ne veut qu’elle. Elle le sent, elle le sait. Lorsque le sommeil s’en va, Heaven est une lycéenne comme les autres, toujours entourée de ses trois amis. La rencontre de Gabriel, jeune homme mystérieux au regard magnétique et à l’aura surnaturel, va bouleverser, malgré elle, son quotidien. Quels ravages sera-t-elle prête à subir pour résoudre l’énigme de ses cauchemars ? Et si tout cela avait un rapport avec l’arrivée de cet être énigmatique ?

EN PARTENARIAT avec Maui Basquin ()

● Titre : Deadly Heaven
● Numéro : Tome 1
● Auteur : Maui Basquin
● Genre : Fantastique
● Nombre de pages : 383 pages
● Edition : Auto-Edition
● Prix broché : 15€99



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Maui Basquin
Mauï Basquin
a seulement 17 ans lorsqu’elle publie Odalis (2016), son premier roman. D’abord publié sur Wattpad, Odalis récolte une centaine de milliers de lectures.



◆ MON AVIS ◆

Avant de commencer cette chronique, je tiens à remercier l’auteure pour l’envoi de son livre numérique afin que j’en donne mon avis ! Ce roman bien sympathique m’a directement plu avec son résumé si accrocheur, j’adore ce genre d’histoire !

L’intrigue tourne donc autour de Heaven, une jeune fille à la vie ordinaire mais qui va faire une rencontre qui va tout changer : Gabriel, un nouvel élève dans son lycée qui ne laisse pas de marbre. Heaven va se poser de nombreuses questions concernant cet inconnu qui en dit si peu sur lui tout en s’occupant de ce cauchemar qui la hante chaque nuit et dans lequel une chanson sinistre résonne sans cesse.

Cette histoire m’a immédiatement captivée, surtout avec un prologue accrocheur qui nous fait tourner les pages très vite. On se sent happer par l’ambiance sombre du début, puis le monde moderne refait surface. On y découvre Heaven dans un cadre de vie que l’on connait, parler à ses amis, aller en cours. Ce côté réaliste rend l’intrigue assez crédible dans la mesure où ce que l’on découvre ne nous choque pas outre mesure. C’est un point positif car on est ainsi plus immergé dans l’histoire. A un moment donné dans le livre, l’aspect fantastique ressort et cela devient d’autant plus intéressant et j’ai eu envie de découvrir ce qui se cachait derrière les mystères

Concernant la plume de l’auteure, j’ai bien aimé, c’est fluide, avec un bon vocabulaire et on a l’impression de voir à travers les yeux du personnage. Malheureusement, le plus grand défaut que je puisse trouver à ce roman, c’est bel et bien son rythme. Je trouve que cela va un peu trop vite. Il y avait cependant certains passages où j’étais à fond dans ma lecture car le côté angoissant ressortait.

Par rapport aux personnages, j’ai bien apprécié Heaven et son caractère. On la suit du début à la fin à la première personne du singulier, et on finit par s’habituer à elle. C’est un personnage assez fort avec une personnalité creusée. Pour le fameux Gabriel, sa mystérieuse identité nous rend curieux, on a envie d’en savoir plus sur ce personnage assez singulier. Je l’ai d’autant plus apprécié dans la deuxième moitié du livre, quand on commence à en savoir un peu plus.

La fin est vraiment étonnante et dévoile l’imagination de l’auteure, elle a su maîtriser son histoire et on a envie de lire la suite !

En bref, une bonne lecture de ce roman qui a su mélanger le fantastique et le monde moderne tout en gardant un côté sombre qui captive le lecteur ! 

◆ Note : ★★★★☆ ◆



● AVIS DU BLOG PARTENAIRE, Une envolée de passions
C’est par ici que ça se passe : 



EXTRAITS

« Quand le soleil se couche, quand les ombres se déploient et viennent hanter nos nuits, il ne reste plus rien. Plus rien que le silence, le noir et le froid. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« J’entrevois ma silhouette fine dans le miroir que ma grand-mère m’a offert il y a quatre ans. Ce même miroir que j’adorais et que maintenant, je déteste. Je hais l’image qu’il me renvoie. Je ne peux plus voir cette fragilité. Dans mon pyjaa gris, je ressemble à un petit oiseau blessé. Je suis minuscule et frêle. je sais très bien que l’oisillon ne résistera pas à tous ces prédateus et pourtant, je me bats. L’espoir fait vivre. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s