QUE PASSE L’HIVER, Livre

Que passe l'hiver par BryStig vient d’avoir vingt ans, l’âge de porter une épée et de se rendre enfin sur le Wegg, l’étrange montagne où réside son souverain, le roi de la Clairière. Mais son premier solstice d’hiver ne se déroule pas comme il l’avait imaginé. À peine le jeune seigneur est-il arrivé que la mort répond aux augures néfastes et que les fils enchevêtrés du destin tissent un avenir que personne, ni homme ni dieu, semble pouvoir prédire. Menacé sans qu’il en comprenne la raison, Stig aura fort à faire pour découvrir ce qui se trame dans l’ombre des festivités, protéger ceux qu’il aime… et même survivre. Y parviendra-t-il ? À la croisée de l’ode initiatique et du huis-clos,  »Que passe l’hiver » raconte le destin d’un jeune homme au pied bot et d’un roi aux longs bois de cerf, pris dans le maelström d’un monde qui se meurt, peut-être…

EN PARTENARIAT avec Babelio () et les Editions Pocket ()

● Titre : Que Passe L’hiver
● Auteur : David Bry
● Genres : Fantasy
● Nombre de pages : 485 pages
● Edition : Pocket
● Prix poche : 8€60



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, David Bry
David Bry est un auteur de fantasy, d’anticipation et d’uchronie. Il commence très tôt à écrire, d’abord des pièces de théâtre puis des scénarios de jeux de rôle, et enfin des romans. En 2009, les éditions Mnémos publient sa première trilogie de fantasy épique, La seconde chute d’Ervalon. En 2011, il revient avec un roman d’héroïc-fantasy, Failles. Puis, il passe au polar d’anticipation, 2087 (2012), au recueil de contes humoristiques, Contes désenchantés (2012), suivis d’une fantasy nordique aux accents tragiques, Que passe l’hiver (2017), qui lui a valu une nomination au Prix Imaginales 2018, puis une invitation à Épinal en 2019. David Bry est le « coup de cœur » des Imaginales 2019.



◆ MON AVIS ◆

J’avais repéré ce roman version poche grâce à une Masse Critique organisée sur le site littéraire Babelio, que je remercie, ainsi que Pocket, pour ce service-presse. La couverture a été la première chose qui m’a attirée dans ce roman. Elle reste assez mystérieuse, tout comme, finalement, le résumé. J’ avais donc assez hâte de recevoir le livre et de me lancer.

L’histoire retrace donc celle d’un autre monde, où les peuples sont divisés en quatre clans. Chaque clan se réunit lors de l’hiver et se dirige tous au centre des quatre points cardinaux et en présence du roi de l’hiver qui les domine tous. Stig, cadet du seigneur d’un des clans, et aussi beaucoup observé en raison de son pied bot, se rend ainsi pour la première fois à ce moment de réunion. Et celle-ci lui promet de très grosses surprises, à la fois bonnes et mauvaises… Les fils du destin sont tous tendus, et c’est au tour des personnages de faire les bons choix.

Ce qui est beaucoup présent dans l’intrigue et qui m’a beaucoup plu, c’est l’idée de destin. Les personnages se focalisent beaucoup sur ces fils du destin, tous les choix sont possibles, et les personnages font face à la réalité, et parfois ils ne font pas les bons choix. Et j’ai apprécié cette idée de destin qui parcourt le livre. Tout est donc bien ficelé, et chaque chapitre est bien pensé, ce qui est une qualité essentielle dans la fantasy, sinon on pourrait vite s’emmêler les pinceaux puisque l’on découvre un nouvel univers, que le lecteur ne connait pas.

Et cet univers imaginé par l’auteur, je l’ai beaucoup apprécié. Moi qui adore la fantasy, j’ai beaucoup aimé lire ce livre, surtout que j’adore quand les auteurs parviennent à saisir le genre et à vraiment l’adapter à leur manière. L’écrivain met donc facilement en place son monde et son histoire, avec le juste nécessaire d’informations. En un livre seulement, on visualise les endroits, les enjeux, contrairement à certains livres de fantasy qui peuvent prendre plusieurs tomes. Mais là, un seul et unique tome, et le défi est relevé afin que l’on est suffisamment de cartes en main pour comprendre notre lecture.

Concernant le style d’écriture, j’ai accroché direct. C’est une plume posée, avec un vocabulaire riche mais abordable pour tous les lecteurs, on imagine bien les décors environnants, ainsi que ce qu’il se passe entre les pages. C’est ce qui m’a permis d’entrer dans les pages très très vite. Et on découvre un univers de rivalités entre les clans, d’amour familial, d’esprits puissants, de pouvoirs et beaucoup de questions suivent.

A propos des personnages, chaque clan possède une particularité que les autres n’ont pas, et je trouve ainsi que l’intrigue se complète grâce à chaque personnage qui apporte sa pierre à l’édifice. Au final, il y a un personnage principal, mais je trouve que tous ceux que l’on rencontre sont importants aussi à leur manière, que ce soit les proches du clan de Stig, avec qui on se familiarise petit à petit en découvrant leurs paroles ou leurs agissements, ou bien ceux qu’il va rencontrer là-bas.

Parlons de Stig. Je l’ai trouvé sympathique, bien que je n’ai pas totalement réussi à m’attacher à lui, il est quand même touchant dans sa manière d’être et de penser, et je trouve qu’il a su s’adapter et évoluer aux nombreux rebondissements qui arrivent dans le roman et lors de ce solstice. Tout comme les protagonistes les plus proches de lui, il est vrai que son histoire n’est pas raconté en entier, il manque tout de même un peu de profondeur dans leur personnalité et leur histoire, ce qui aurait peut-être amené le lecteur à pouvoir s’identifier à eux, mais après il est difficile d’en demander autant dans un tome unique surtout qu’il est riche d’autres choses, mais au moins on se concentre sur le coeur de ce fameux solstice d’hiver fort étonnant.

Et en parlant de rebondissements, c’est aussi un sacré plus. Il y a beaucoup de pages à ce livre, et pour cause : beaucoup de choses arrivent, parfois en se succédant, parfois avec des moments de répit pour nous, lecteurs, où on se laisse charmer par le paysage décrit. Entre festivités, rebondissements, découvertes et paroles sages, je me suis laissée bercer par la légèreté mais aussi la vivacité de l’intrigue.

Quelques mots sur la fin, sans bien sûr raconter quoi que ce soit. Je trouve que la seconde moitié du roman accélère beaucoup l’intrigue et l’action, tandis que la première nous posait les bases, mais la fin arrive comme une vraie conclusion, avec toutefois des airs de fin légèrement ouverte, laissant la possibilité d’imaginer ce qu’auraient pu être les pages suivantes.

En bref, un roman plein de mystères et de rebondissements, nous plongeant dans une ravissante intrigue au coeur de l’hiver, entourée par des personnages hauts en couleur et des péripéties nombreuses. Je pense que ce livre ne vous décevra pas si vous aimez, comme moi, la fantasy et que vous souhaitez qu’elle vous surprenne, vous et votre imagination.

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAITS

« Tu crois que le passé réside dans ce qui se trouve derrière nous. Tu te trompes, Stig. Car il porte également en lui l’ensemble de ce qui est déjà écrit et que nous ne pourrons pas changer, quoi que nous fassions […] Tout dépend des choix, des fils qui se renforceront, de ceux qui se briseront. Certains destins sont inéluctables. Il est cependant possible d’en modifier d’autres, oui. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Rassure-toi. Il n’est jamais trop tard. Jamais. Ce qui ne se répare pas se recrée. Ce qui est brisé s’invente à nouveau. La vie, Stig, possède des ressources infinies. Malgré tout. »

Publicités
Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

RE:ZERO, Livre tome 5

 Si vous n’avez pas lu les livres précédents (chroniques du tome 1 ici, tome 2 ici, tome 3 ici et tome 4 ici), ne lisez pas ceci il y a quelques spoilers

Couverture du livre : Re:Zero - Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro, Tome 5Trois jours après sa terrible séparation avec Emilia, Subaru est recueilli à la demeure Karsten. Dans sa disgrâce et profitant du dévouement de Rem, son coeur se corrompt chaque jour de plus en plus. Alors que le jeune homme se questionne sur lui-même, il apprend qu’Emilia est dans une impasse. « Je prouverai ma valeur en sauvant Emilia ». Ces sombres pensées en tête, Subaru repousse les avertissements de son entourage et se rend au manoir Roswaal. Mais sur ces terres nostalgiques qu’il regagne enfin, le jeune homme se retrouve face au véritable « Mal »…

EN PARTENARIAT avec les Editions Ofelbe ()

● Titre : Re:Zero, Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro
● Numéro : Tome 5
● Auteur : Tappei Nagatsuki
● Illustrateur : Shinichirou Otsuka
● Genre : Fantasy
● Nombre de pages : 280 pages
● Edition : Ofelbe
● Prix broché : 13€99



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Tappei Nagatsuki
Né en mars 1987. Il passe ses journées à écrire et à couper de la viande dans un coin perdu de la préfecture de Saitama. Il se révèle plus actif la nuit que le jour et il fait également preuve d’un gros appétit. Il est plutôt sensible aux histoires et on l’aperçoit souvent chez le libraire. Ces derniers temps, il rêve de voir ses livres alignés sur les étagères et il affiche de façon chronique un sourire en coin. Attention, il peut mordre si on l’approche trop.



◆ MON AVIS ◆

Avant toute chose, je tiens à remercier le nouvel attaché de presse des éditions Ofelbe pour la poursuite de notre partenariat blog et maison d’édition ! Ayant découvert la saga de light novels Re:Zero grâce à des services-presse, j’avais vraiment hâte de pouvoir poursuivre avec le tome 5 immédiatement après ma lecture du tome 4. Et ce fut chose faite, et ce nouveau livre fut englouti très rapidement ! Je l’ai grandement préféré à son précédent frère.

L’histoire se poursuit juste après la grande défaite de Subaru contre le chevalier royal Julius. Après des déchirants au-revoir avec Emilia, Subaru est laissé à la capitale afin de poursuivre ses soins auprès du chevalier Ferris et de Dame Crusch. Notre protagoniste se voit donc contraint de rester là, en proie à ses tourments à cause de la séparation avec Emilia, qui ne semble plus lui faire confiance. Rem est toujours à ses côtés, fidèle depuis l’attaque des enfants du village près du manoir. Mais les soins et l’apprentissage des bases du combat ne seront pas l’unique préoccupation de Subaru, qui découvrira rapidement que la situation au manoir ne semble pas être aussi calme qu’il n’y paraît, surtout après la réunion des prétendantes du trône royal.

Je tiens à redire ici que je trouve ce tome largement supérieur à son prédécesseur. Le tome 4 s’axait principalement sur la réunion des prétendantes et donc de nouvelles rencontres et questions quant à l’élection et la situation du royaume. Mais ce tome-ci, bien qu’il se concentre principalement sur le domaine de Dame Crusch dans la première moitié du livre, finit par devenir fort intéressant pour l’intrigue et l’univers Re:Zero lors de la seconde moitié.

En effet, je ne spoilerai pas plus que de raison, mais quelque chose de très flou semble se passer au manoir, accentuant les doutes de Rem et Subaru qui semblent impuissants en étant si loin de chez eux. Et c’est à partir de ce moment-là que j’ai adoré le tome. Un mélange d’actions, de mystères, de folie, cela semble devenir dur psychologiquement pour notre héros à qui la vie n’offre pas de cadeau. Les pages se tournent toutes seules lors de cette seconde moitié du tome, on se laisse entraîner dans un flot discontinu d’émotions et on passe principalement du ressenti de Subaru à celui de Rem, qu’on apprend de plus en plus à connaître.

L’intrigue prend vraiment une nouvelle ampleur dans ce tome 5, et j’ai adoré. L’univers fantasy de Re:Zero a su depuis le début m’intriguer et m’agripper, même si certains moments semblent plus posés que d’autres où l’action bat son plein. La plume est entraînante et on a vraiment cette impression de voir à travers les yeux des personnages, comme si nous y étions. Et c’est fort agréable que de pouvoir imaginer les scènes, les paysages, les dialogues, on a un peu plus l’impression d’appartenir nous aussi à cette histoire.

Quant aux personnages, commençons par Subaru. Dans ma chronique du tome 4, j’avais pu dire que Subaru m’avait quelque peu insupportée, mais ici, je l’ai de nouveau apprécié. Le personnage a beaucoup évolué depuis le tome 1, et dans chaque livre il fait de nombreuses erreurs, puisqu’il est maladroit et peu habitué à ce nouveau monde qu’il découvre depuis un peu plus de deux mois (si je ne dis pas de bêtises !), mais tout cela l’entraîne à croire en ses convictions et à essayer de s’adapter et de changer. Il reste toujours fortement attaché à Emilia, et cela lui déchire le coeur de se souvenir de sa dispute avec elle avant qu’elle ne s’en aille. Mais ce désir de la revoir pour corriger ses erreurs et lui prouver qu’il n’est pas qu’un idiot raté, et aussi cet attachement qu’il a pour Rem qui lui est fidèle, c’est ce qui alimente la flamme qu’il a au fond de lui et qui finira par ressurgir.

Quant à Rem, dont la présence se fait plus forte dans ce tome, comme si elle devenait un personnage à part dans la narration, et bien tout simplement je l’adore. Elle qui semblait agir et réagir comme un robot, se voit de plus en plus humaine, notamment grâce à Subaru. Et cette ouverture au monde la rend très forte, curieuse, courageuse, attachante. Son attachement à Subaru se fait d’autant plus ressentir ici. Ensuite, parmi les autres personnages, il y a Dame Crusch et Ferris qu’on apprend à mieux connaître, et aussi quelques autres personnages secondaires mais qui sont moins développés sur le plan de leur personnalité, mais tous contribuent à enrichir ce tome, que je trouve super.

Quant à la fin, je l’ai tout simplement dévoré, et il me tarde de pouvoir lire la suite ! Le tome fait de belles promesses pour les futurs chapitres, sans parler des illustrations (je me rends compte que je n’en parle jamais haha) qui parsèment chaque tome et qui sont toujours très belles, rappelant l’aspect manga que j’apprécie.

En bref, un tome qui se hisse largement à la hauteur de ce que promettait son prédécesseur, avec un incroyable mélange d’actions et de descriptions, un personnage principal qui évolue et une intrigue qui prend son envol pour nous offrir toujours plus de rebondissements ! Il me tarde de pouvoir poursuivre cette aventure, surtout avec une telle fin ! Si vous vous êtes lancé dans cette saga, ne vous arrêtez pas au tome 4, et continuez !

◆ Note : ★★★★★ ◆



EXTRAIT

« — Si vous vous êtes décidé à combattre, consacrez-vous-y corps et âme. Oubliez la défaite, vos belles paroles, et concentrez-vous avec acharnement sur le fait de vaincre, peu importe les moyens à employer. Si vos jambes vous portent toujours, si vos doigts bougent encore, si vos crocs sont intacts, levez-vous. Levez-vous encore et encore, et tranchez votre ennemi. Tant que vous êtes en vie, combattez. Combattez, encore et encore !
— …
— Voilà ce qu’est un combat.
 »

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

RE:ZERO, Livre tome 4

 Si vous n’avez pas lu les livres précédents (chronique du tome 1 ici, le tome 2 ici et le tome 3 ici), ne lisez pas ceci il y a quelques spoilers

RE:ZERO - Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro - tome 4 par NagatsukiLa tranquillité est enfin revenue au manoir et au village d’Alam. Subaru, bien que toujours zen convalescence, peut enfin mener une vie paisible en compagnie de ses nouveaux amis. Seulement, l’arrivée d’un émissaire porteur d’un message concernant la sélection au trône contraint Emilia à rejoindre la capitale pour assister à une réunion de la plus haute importance.
Tensions, révélations et complots accompagnent ce rassemblement au sommet, Subaru saura-t’il trouver sa place dans ce maelstrom politique ?


● Titre : Re:Zero, Re:vivre dans un autre monde à partir de zéro
● Numéro : Tome 4
● Auteur : Tappei Nagatsuki
● Illustrateur : Shinichirou Otsuka
● Genre : Fantasy
● Nombre de pages : 276 pages
● Edition : Ofelbe
● Prix broché : 13€99



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Tappei Nagatsuki
Né en mars 1987. Il passe ses journées à écrire et à couper de la viande dans un coin perdu de la préfecture de Saitama. Il se révèle plus actif la nuit que le jour et il fait également preuve d’un gros appétit. Il est plutôt sensible aux histoires et on l’aperçoit souvent chez le libraire. Ces derniers temps, il rêve de voir ses livres alignés sur les étagères et il affiche de façon chronique un sourire en coin. Attention, il peut mordre si on l’approche trop.



◆ MON AVIS ◆

Re:Zero, c’est avant tout une histoire qui m’intrigue depuis ma réception du tout premier tome lignt novel. J’ai donc attendu avec impatience la sortie du tome 4 pour poursuivre les aventures de Subaru dans cet autre monde de fantasy où il a été invoqué. C’est donc sans attendre que je me suis procurée le tome 4, puisque j’avais déjà le tome 5 en ma possession. Et avec une couverture et un résumé aussi intrigants, je me devais de continuer.

Le tome précédent nous plongeait dans les nouvelles péripéties de Subaru où il tente de survivre et de sauver les gens auxquels il est attaché. Ses morts répétitives semblent ne plus intervenir dans ce début de nouveau tome, où la tranquillité est revenue au manoir et ses alentours. Mais le calme ne semble qu’éphémère, puisque la douce Emilia, prétendante du trône du royaume, est conviée à rejoindre la capitale pour une réunion. Et, évidemment, désireux de la protéger et d’être auprès d’elle tout le temps, Subaru l’accompagne. Et tout comme lui, les lecteurs en sauront bien plus sur la politique et ce monde de fantasy et de magie où Subaru a atterri.

Cela faisait un bon petit moment entre ma lecture du tome 3 et celle du tome 4, presque une année. Ce ne fut donc pas chose aisée pour moi que de me replonger dans cette intrigue. J’ai eu un peu de mal à tout replacer dans son contexte et qui dit nouveau tome, dit nouveau tournant dans l’histoire principale. Mais j’ai réussi à me souvenir des événements et à me jeter avec joie dans les premières pages. Et quelle prologue prenant ! Dès les premières pages, j’ai été ravie de retrouver cet univers, mais aussi de voir que l’intrigue évoluait devant mes yeux.

Dans ce tome 4, on découvre enfin une autre facette qui semblait moins importante dans les précédents tomes : l’élection du prochain souverain du royaume de Lugnica. Le light novel s’axe principalement autour de la politique et de l’avenir du royaume mais sans exclure des chapitres très curieux, qui promettent du beau pour les livres à venir. J’ai beaucoup apprécié en savoir plus sur ce monde et sur les lois qui le régissent. Et d’autant plus que la dimension politique annonce de très belles couleurs de conflits et de tensions ! Et on comprend vite que les dangers peuvent survenir de partout, c’est un pressentiment que j’ai pour les futurs light novels, et j’ai hâte d’en voir plus.

Pour en revenir à ce tome, la plume française du light novel reste toujours agréable à lire, les pages défilent vite, et on se retrouve emporté par l’aventure avec toujours plus de rencontres et de tournants. Ainsi, Subaru découvre la capitale, une toute nouvelle facette, et on se retrouve donc avec bien plus d’informations dans ce tome-ci, tandis que ses prédécesseurs s’axaient surtout sur Subaru, son arrivée, et les conséquences de ses morts répétitives. Ici, l’intrigue démarre enfin.

Au niveau des personnages, Emilia devient, à mes yeux, un personnage qui s’affirme de plus en plus et qui devient bien plus importante aux yeux du lecteur qu’elle ne l’était. Prétendante du trône mais aussi demi-elfe, ces deux termes ne semblent pas aller de pair pour le royaume, puisque tous murmurent qu’elle n’est pas digne d’une reine à cause de ses oreilles pointues malgré l’insigne de prétendante qu’elle possède. Mais cela ne la décourage pas, elle garde la tête haute.

Quant à Subaru, et bien je dois avouer que d’un tome à l’autre soit j’ai du mal avec lui, soit je l’apprécie de plus en plus. Parfois il m’énerve, parfois je trouve qu’il s’agit d’un protagoniste incroyable. Et dans ce tome 4, j’ai eu beaucoup de mal avec son entêtement et son comportement qui diffère largement de celui des habitants de ce monde fantasy. Il est le mouton noir mais il reste quand même un protagoniste assez particulier.

Il y a évidemment bien d’autres personnages, entre ceux qui font leur apparition, comme les autres prétendants au trône, des chevaliers, de simples habitants, et ceux qui reviennent comme Roswaal, maître du manoir, ou encore les jumelles Rem et Ram et des connaissances encore plus vieilles. On se retrouve submergé d’informations mais peu à peu le puzzle se reforme et tout s’imbrique peu à peu dans notre esprit. J’ai assez apprécié découvrir ce monde au rythme des découvertes de Subaru, on voit presque tout à travers ses yeux et cela garde du suspens concernant les informations cachées que l’auteur ne nous révèle pas encore.

Concernant la fin, elle découle simplement des événements qui arrivent, mais cela ne me rend pas pour autant moins curieuse de poursuivre l’aventure !

En bref, un quatrième tome qui sait répondre aux attentes du lecteur avec de nouvelles perspectives à cette intrigue qui restait tout de même plus ou moins fermée dans les précédents light novels, mais qui tend désormais à ouvrir les portes aux péripéties, aux découvertes, et à un doux mélange entre action, mystère, amitié et rivalité.

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAIT

« Mes actions ne seront profitables que si quelque chose d’horrible devait arriver. Et le mieux serait que ça ne se produise jamais. Je le sais bien. Seulement, je serais le seul capable d’accomplir certaines choses si un incident devait se produire. Comme je ne sais pas quand ça aura lieu, je veux être près d’elle pendant les moments cruciaux. »

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

DUMPLIN, Film

Résultat de recherche d'images pour "dumplin netflix"

Une adolescente en surpoids vit avec sa mère ancienne reine de beauté. Lorsqu’elle rencontre le jeune Bo, elle se met à douter et à remettre en cause son apparence.

MA CHRONIQUE DU ROMAN à retrouver ici ()


● Titre : Dumplin
● Réalisation :
Anne Fletcher
● Pays d’origine : Etats-Unis
● Casting : Danielle Macdonald (Willowdean Dickson)
____-___Jennifer Anniston (Mme. Dickson)
● Genre : Science-Fiction / Drame
● Date de sortie Netflix : 7 décembre 2018
● Durée : 110 minutes



 BANDE ANNONCE, VF



◆ MON AVIS ◆

Depuis un petit moment, je suivais l’actualité concernant l’adaptation cinématographique du roman de Julie Murphy. Et son livre, je l’avais beaucoup aimé, un mélange d’humour, de courage et de confiance en soi. Alors je ne pouvais pas passer à côté du film qui est sorti sur Netflix. J’ai donc lancé le film assez tard un soir, et je ne regrette pas.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le livre, ou le film, il s’agit de l’histoire de Willowdean, une jeune fille en surpoids, dont la mère est une ex-reine de beauté. Elle s’assume pleinement et va même jusqu’à se lancer dans un concours de beauté, puisque sa mère, participant à l’organisation du concours, semble avoir du mal à assumer les kilos en trop de sa fille. Elle va entraîner avec elle des jeunes filles qui vont prendre exemple sur sa détermination à prouver au monde qu’elle a sa place, et qu’elle l’assume.

Comme je connaissais déjà l’intrigue, je partais donc avec quelques cartes dans mes manches. Mais de manière générale, je trouve que cette histoire est à prendre à la légère, comme une simple comédie. Il ne faut pas puiser là une toute autre signification profonde puisqu’il ne s’agit ici que d’une intrigue sur la confiance en soi et sur le fait qu’il faut s’assumer comme on est et tant pis pour ceux qui ne veulent pas, car tout le monde est humain, au fond. Je me suis laissée bercer par le livre, puis par le film ici.

(source : Epic Reads)

C’est un film rafraîchissant, drôle et qui ne manque pas de nous surprendre de par ses décors hauts en couleur. On y découvre les personnages dans un cadre typiquement américain, le fast-food dans lequel travaille Willodean, les scènes de spectacle, et aussi des musiques vraiment bien pour plonger dans l’aventure.

Les minutes filent toutes seules, c’est un film agréable à regarder, sans prise de tête, sans grande scène d’action, c’est simplement une comédie toute en légèreté. Certaines répliques sont, par ailleurs, très intéressantes, un peu comme des petites leçons de morale (ne trouvant pas de citations en français du film, j’ai donc pris la liberté de les traduire et de les mettre dans mes extraits).

Cette aventure est avant tout là pour briser les stéréotypes avec humour. Les acteurs sont ravissants. L’actrice qui joue Willowdean réussit à merveille à incarner ce personnage au caractère fort, je l’ai beaucoup apprécié. Jennifer Anniston, fidèle à elle-même, sait se distinguer dans cette comédie avec un rôle de mère qui nous donne des leçons. Il y a aussi la meilleure amie de Willowdean, qui semble être pour cette dernière comme un modèle, et le binôme des deux fonctionne très bien et c’est agréable, ajoutant à la douce ambiance qui règne.

Résultat de recherche d'images pour "dumplin movie"(source : Netflix)

Le groupe d’amies de Willowdean rend aussi cette grande aventure pour se préparer au concours d’autant plus agréable. Et il y a aussi Bo, le garçon qui travaille avec Willowdean, faisant douter cette dernière sur son apparence qu’elle juge incompatible avec Bo. Les acteurs jouent très bien leur rôle, creusant la personnalité de leur personnage et on a vraiment l’impression de prendre part à cette comédie.

En bref, un film qui saura vous plaira de par sa légèreté et par ses acteurs qui rendent l’intrigue agréable à la vue et à l’oreille, offrant une jolie leçon de confiance en soi. Je vous recommande ce film si vous voulez passer un moment sans prise de tête !

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAITS

All my favorite things start off as bad ideas.
(Toutes mes choses préférées ont commencé comme des mauvaises idées.)

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Loyalty means apologizing when you’re wrong, because of the trust you’ve built over time. »
(La loyauté signifie que l’on s’excuse quand on se trompe à cause de la confiance établie depuis des années.)

(source : Epic Reads)
Publié dans Non classé | Tagué | Laisser un commentaire

LUNE POURPRE, Livre tome 2

 Si vous n’avez pas lu le livre précédent (chronique du tome 1 ici), ne lisez pas ceci il y a quelques spoilers

Lune pourpre, tome 2 : Asservie par DanaeHeurtée par la bataille du bois des Murmures où elle a vu nombre de ses compagnons disparaître, la jeune Lilith n’a plus le choix et doit apprendre à s’endurcir. Plus déterminé que jamais à débusquer les Fronts Marqués, le roi Donovan semble prêt à tout pour asseoir son pouvoir et persécuter les peuples cachés.
Pour l’arrêter, il n’existe qu’une solution : infiltrer Fall Marma, la cité ennemie ; et c’est à Lilith que revient cette lourde tâche. Celle de porter les chaînes. Celle d’être une asservie.

EN PARTENARIAT avec les Editions SNAG ()

● Titre : Lune Pourpre
● Numéro : Tome 2 : Asservie
● Auteur : Laëtitia Danae
● Genres : Fantasy / Young Adult
● Nombre de pages : 528 pages
● Edition : SNAG
● Prix broché : 18€00



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Laëtitia Danae
Née un certain vingt avril, Laëtitia Danae a grandi en France, bien qu’originaire de cinq pays différents. Sa famille travaillant en majorité dans le milieu médical, c’est tout naturellement qu’elle s’est lancée dans le domaine hospitalier, en intégrant une école de soins infirmiers. Mais son grand amour est et a toujours été l’écriture. Sa plus grande peur ? Les limites de son imagination.

Attirée par l’odeur entêtante des livres vers l’âge de dix ans, elle n’a saisi la plume qu’une fois adolescente. Avant cela, elle se contentait de ses poupées et d’histoires rocambolesques déclamées à voix haute.

Un ordinateur qui plante et plusieurs fictions de perdues plus tard, Pierre de Lune voit le jour, suivi de Rozenn. De modestes projets au premier abord, qui ont fini par envahir son quotidien et ses songes pour ne plus jamais s’en aller. Depuis, elle ne sort jamais de chez elle sans un livre et un bloc-note au fond de son sac, car Moira, Rozenn et les autres s’invitent dans ses pensées à toute heure du jour et de la nuit.



◆ MON AVIS ◆

Quel bonheur ce fut de recevoir en tout début d’année un mail de l’attachée de presse me proposant le tome 2 de la trilogie de Lune Pourpre en lecture ! J’étais ravie, d’autant plus que le tome 1 avait été un véritable coup de coeur, de la fantasy comme j’en lis beaucoup, mais cette histoire-là m’a tout particulièrement marquée de par ses idées originales, et la plume de cette auteure que j’admire ! J’ai vraiment été attirée immédiatement par la couverture, comme un appel : « Dépêche-toiiiii, liiiiiis ». Et, personne incroyablement gentille que je suis, j’ai donc accepté l’appel du livre, et me suis jetée dans les premières pages.

Trêve de blagues, ce tome 2 nous plonge après la grande bataille de la fin du tome 1. Nous retrouvons notre Moira (de son nom d’humaine Lilith) qui doit tout faire pour rester forte, après la mort de son père, afin d’aider les Abels face à la tyrannie du roi Donovan. Elle doit apprendre beaucoup sur ses pouvoirs d’Abel, mais aussi ceux qu’elle a reçu de Maolen et qu’elle partage avec Melhen, son éternel prétendant et ami, et Mutiane, l’Amazone qui ne sourit jamais. Et c’est en solitaire qu’elle affrontera la grande cité de Fall Marma, résidence du roi et de sa famille, pour tenter de retourner cette guerre en leur faveur.

Et bien autant vous le dire, j’attendais la suite avec grande impatience ! J’avais hâte de retrouver cette intrigue que j’ai appris à apprécier au fil des toutes premières pages du tome 1, et j’étais enfin en possession de la suite. Ce qui est bien avec cette trilogie, c’est qu’il y a beaucoup à lire par tome et même si je peux avoir un bon rythme de lecture, avec Lune Pourpre, je lis plus lentement mais en savourant, ce qui fait que la lecture me tient sur le temps.

Ainsi, j’ai adoré suivre de nouveau les aventures de Moira et son incroyable loup Shae, ce loup qui me fait encore plus adorer l’univers ! L’aspect discussion mentale avec ce loup permet ainsi à Moira de nous faire part de ses pensées, comme si nous étions Shae  à qui elle parlait. On se sent d’autant plus important en tant que lecteur, on plonge bien mieux dans le livre et on a parfois l’impression de faire partie de l’aventure. C’est un atout de la plume de l’auteure, et un plaisir pour nous.

Et en parlant de personnages, j’adore toujours autant Moira. C’est une héroïne rafraîchissante, pleine de courage et de ressources. Elle est très débrouillarde, et peut facilement retomber sur ses pattes, elle n’est pas dans le cliché standard du personnages, ou du moins Laëtitia Danae va au-delà des clichés et on voit Moira évoluer et devenir une femme forte. Quant à Hélian, qui est devenu l’un des protagonistes importants depuis la deuxième moitié du tome 1, j’ai appris à le connaître et à l’apprécier, il est ce personnage mal dans sa peau princière, victime de la malédiction qu’il partage avec Moira, les unissant d’un amour prédestiné et qu’ils ne peuvent éviter.

J’aime beaucoup les personnages, leur personnalité est petit à petit creusée et on s’approprie bien mieux l’intrigue. Quant aux autres personnages, j’ai eu plus de mal à vraiment les apprécier autant que Moira, et un peu Hélian, mais ils ont tous leur importance dans cette grande aventure.

Et cette aventure, elle se tisse de plus en plus, l’intrigue se prolonge sur la longueur, et même si j’ai dû laisser ma chronique après l’avoir commencée il y a un petit moment, je me souviens des détails, même si cela vient aussi du fait que j’adore la fantasy de manière générale, et en particulier celle-ci, d’autant plus que c’est une fantasy française et que, mine de rien, c’est moins populaire en France et c’est difficile de suivre les traces de cette grande fantasy américaine et d’autres horizons.

Il y a beaucoup de rebondissements, de découvertes, de nouveaux décors et c’est fort appréciable. La plume est toujours belle à la lecture, les pages se tournent toutes seules et le vocabulaire nous permet de plonger pleinement dans l’histoire. Mais je réserve ma petite mention coup de coeur dans l’espoir que le troisième tome sera encore meilleur à mes yeux !

Concernant le dernier quart du roman, il s’enchaîne à une vitesse vertigineuse, rythmée par ce qui arrive. Et j’ai adoré, un tout nouveau rythme s’installe, jusqu’à une fin qui me fait bien trop attendre avant la suite ! Ahhhhh je veux lire la suite, même si ce sera le dernier tome de la trilogie !

En bref, l’intrigue continue pour nos personnages qui vont devoir faire face à des dangers qui leur échappent peu à peu, entraînant le lecteur dans une nouvelle aventure qui saura vous surprendre, et menée par une incroyable plume. Si la fin du tome 1 ne vous a pas convaincu, je vous recommande vivement de vous laisser bercer par cette suite ! Et moi j’ai hâte de lire la fin de cette trilogie coup de coeur !

◆ Note : ★★★★★ ◆



EXTRAITS

« Faisant le vide autour d’elle, elle pivota vers l’arbre le plus proche, la paume en avant. La brise qui s’échappa de son corps n’avait plus rien d’une brise. Elle faucha l’arbre avec autant de force que la foudre, coupant net son tronc en deux. Dans un grincement sinistre, le végétal piqua dangereusement du nez avant de s’écraser contre un de ses voisins, faisant trembler la forêt tout entière. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Tu te laisses submerger. Chaque fois. N’oublie pas que les Nephilim sont en mesure de percevoir chaque changement physiologique qui s’opère en toi. Quand tu es surprise, ton coeur s’emballe, tes joues se parent de rouge et tes poumons consomment un peu plus d’air. Il ne leur faudra qu’un simple coup d’oeil pour comprendre que quelque chose cloche chez toi. »

Publié dans Non classé | Tagué , , | Laisser un commentaire

INACCESSIBLES, Livre tome 3

 Si vous n’avez pas lu le livre précédent (chronique du tome 1 ici et le tome 2 ici), ne lisez pas ceci il y a quelques spoilers. ╝

Au bord du précipice…
Avery a quitté New York depuis plusieurs mois, tournant le dos à un amour impossible. Mais s’enfuir n’était peut-être pas la meilleure solution, car tôt ou tard elle devra faire face à l’objet de sa peur.
Leda est devenue une autre personne depuis la mort de sa demi-sœur, dont elle est la principale responsable. Rongée par le poids de ses secrets, elle cherche à éviter tout contact avec le monde extérieur, au plus grand regret de Watt…
La vie de Calliope menace de se transformer en un véritable enfer, mais la belle jeune femme a plus d’un tour dans son sac pour faire basculer la situation en sa faveur.
Rylin pourrait retrouver la sûreté des bras de son grand amour, mais d’autres horizons l’attirent, et elle n’a pas envie de leur dire non, quitte à devoir mener deux vies de front.
Dans la Tour, aucun d’entre eux n’est à l’abri. Tous sont surveillés par une personne dont le seul but est la vengeance.

EN PARTENARIAT avec les Editions Michel Lafon ()

● Titre : Inaccessibles
● Numéro : Tome 3 : Démesure
● Auteur : Katharine McGee
● Genre : Dystopie
● Nombre de pages : 411 pages
● Edition : Michel Lafon
● Prix broché : 17€95



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Katharine McGee
Katharine McGee a étudié la littérature anglaise et la littérature française à l’Université de Princeton et est titulaire d’un MFA à l’Université Stanford.
Inaccessibles, tome 1 : La tour aux mille étages (The Thousandth Floor, 2016) est son premier roman.
Elle s’est inspirée d’un projet de tour en Chine où tout serait réuni pour les activités des habitants (salles de sport, jardins, bureaux, boutiques…).



◆ MON AVIS ◆

Un dernier tome de trilogie, un point final à une histoire qui m’a intriguée du début à la fin, autant vous dire que j’avais hâte de poursuivre avec ce dernier tome et espérer avoir les réponses à mes questions. Un grand merci à l’attachée de presse pour m’avoir envoyé chaque tome dès leur sortie ! Avec une aussi belle couverture dorée, même si la première reste un petit coup de coeur, j’ai plongé rapidement dans l’aventure.

Et pour cette dernière aventure avant de clore cette trilogie, on retrouve nos protagonistes principaux, à savoir Avery, la jeune fille du plus haut étage de la Tour, Calliope, notre vagabonde qui traverse le monde avec sa mère en changeant d’identité, Rylin, dont l’esprit valse entre deux horizons Cord et Hiral, Leda, qui doit s’accrocher à ce qu’elle peut après le décès d’Eris, sa demi-soeur révélée, et Mariel petite-amie de cette dernière, et enfin Watt, qui se rend compte que son génie repose beaucoup trop sur Nadia, l’ordinateur implanté dans sa tête. Et ils devront faire face à de nouvelles décisions et doutes dans le seul but d’enterrer le passé, et leurs secrets.

Quel plaisir ce fut d’avoir enfin la suite et fin de cette intrigue qui, sans avoir été un coup de coeur, m’avait toujours rendue curieuse. Lorsque j’ai plongé dans les premières pages, je vais être honnête je me souvenais que de très loin des événements des deux précédents tomes, et dans les quelques premiers chapitres je me sentais un peu perdue. Mais progressivement, l’auteure nous remet le contexte de chaque personnage et j’ai enfin pu plonger dans les pages. A partir de ce moment-là, à chaque fois que j’ai posé les yeux sur le livre, les pages se tournaient toutes seules.

L’intrigue se poursuit donc, hantée par les souvenirs du passé. Chacun doit garder ses secrets et y faire attention, ce qui lie toutes les narrations ensemble puisque les personnages sont tous concernés de près ou de loin, et ne souhaitent pas que tout le monde sache ce qu’ils ont fait. C’est donc un chemin mené d’embûches, car leurs secrets ne semblent pas vouloir rester enfouis à jamais, et ces fardeaux donnent du suspens et du rythme à l’histoire.

Au fil des pages, j’ai appris à apprécier bien plus certains personnages, comme Avery qui commence à craquer de cette vie superficielle qu’on lui donne et qui revient dans la Tour, ou encore Leda qui se retrouve avec beaucoup de poids sur les épaules. Là où j’étais assez perplexe au début quant aux différents points de vue, au final dans ce tome-ci j’ai apprécié avoir une vue globale sur la vie des personnages, surtout maintenant qu’on les connaît bien et que l’intrigue est sur le point de prendre un dernier tournant.

Ainsi, le roman se poursuit tout comme ses deux précédents frères, avec des nouvelles découvertes qui viennent bouleverser l’équilibre déjà précaire que les personnages ont tenté d’instaurer à la suite des événements de la mort d’Eris. Et ces mensonges et secrets enterrés pourraient peut-être bien ressurgir et menacer les vies.

Et du début à la fin, on est bercé par la plume juste et fluide de Katharine McGee, avec décors qu’on visualise parfaitement, et qui nous plonge en douceur dans ce dernier tome. Quant à la fin du livre, j’avoue que je ne m’y attendais pas et cela m’a un peu laissée sur la faim, je dois l’avouer.

En bref, un dernier tome plein de couleurs, avec une fin d’intrigue captivante et des personnages familiers qui ont contribué jusqu’à la fin à rendre cette trilogie attachante avec un cocktail parfait pour une dystopie.

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAITS

« Les histoires sont la seule véritable magie qui existe. Une histoire peut combler le fossé infranchissable entre les individus, nous sortir de notre propre vie et nous projeter dans celle de quelqu’un d’autre ne serait-ce que l’espace d’un instant. Notre soif d’histoires, c’est ce qui nous rend humains. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Rylin en avait assez que les garçons dans sa vie prennent des décisions sans même la consulter. Ils l’embrassaient quand elle ne demandait rien, ne l’embrassaient pas quand elle en mourait d’envie, la draguaient puis la larguaient, la forçaient à voler et à vendre de la drogue, puis à les pardonner, la tiraillaient dans tous les sens jusqu’à ce qu’elle soit sur le point de se déchirer. Quand pourrait-elle prendre ses propres décisions, pour une foi ? Quand aurait-elle enfin son mot à dire, bordel ? »

Publié dans Non classé | Tagué , | Laisser un commentaire

L’ETRANGE VILLE DE GRIMSLY, Livre

L'étrange ville de Grimsly par NoelÀ Trembleterre, tout est magique. Certains peuvent voler, on y suit des cours pour apprendre à tordre les cuillers par la pensée, les chiens donnent naissance à des cochons et, au final, il n’y a que le jeune Grimsly, 12 ans, qui est anormalement ordinaire.
Aussi, quand un malfrat dérobe les ossements du cimetière pour animaux, la source même de la magie de la ville, le pire est à craindre et Trembleterre est en passe de devenir… normale.
Grimsly et ses amis se lancent alors à la recherche des coupables. Au risque de déterrer un complot dangereusement mortel.

EN PARTENARIAT avec les Editions Michel Lafon ()

● Titre : L’Etrange Ville de Grimsly
● Auteur : Alyson Noël
● Genres : Jeunesse / Fantastique
● Nombre de pages : 346 pages
● Edition : Michel Lafon
● Prix broché : 14€95



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Alyson Noël
Alyson Noël
est une écrivaine américaine. Elle est l’auteur de la saga littéraire Éternels (2009-2011). Elle a vécu sur l’île grecque de Myconos à la sortie du lycée, puis a déménagé à New York dans le quartier de Manhattan pour exercer le métier d’hôtesse de l’air chez Delta Air Lines, une grande compagnie aérienne. Son premier roman, Faking 19 (2005) , explore le mode de vie des adolescents contemporains. Elle vit aujourd’hui à Laguna Beach, en Californie où elle se consacre entièrement à l’écriture.



◆ MON AVIS ◆

Je tiens à remercier les éditions Michel Lafon pour ce nouveau service-presse ! Et quelle surprise a été ce partenariat ! Ce qui m’a attiré avant tout avec ce livre, c’est sa couverture avec des personnages aux allures de ceux de Tim Burton (peut-être que nous ne serons pas d’accord sur les ressemblances de style, mais en tout cas ce style attire l’oeil !). J’ai un peu appréhendé avec la quatrième de couverture, n’étant pas une fan de livre jeunesse, j’ai démarré ma lecture avec quelques a priori qui n’avaient pourtant pas lieu d’être !

L’histoire est celle du jeune garçon éponyme, Grimsly. Grimsly est un enfant ordinaire… Vivant dans une ville pour le moins extraordinaire. En effet, Grimsly vit à Trembleterre, un endroit coupé de tout, là où règne la magie, où toutes sortes de créatures existent et cohabitent ensemble. Les habitants aussi sont dotés de magie : lévitation, tordre le métal, tout y est. Mais le seul talent de Grimsly consiste à être pompe funèbre, et à enterrer les animaux décédés. Il n’a aucune magie, il est seulement ordinaire. Mais lorsque la magie de Trembleterre s’épuise peu à peu, rendant tout ce qui est magique, banal, c’est Grimsly qui va alors entreprendre de retrouver cette magie, après que des vols d’ossements et squelettes aient été commis au cimetière pour animaux dont le jeune garçon a normalement la charge. S’en suivent une série de péripéties et de rebondissements.

Malgré le fait que je ne suis pas une grande fan des romans jeunesse, j’ai été intriguée par le résumé, à la fois accrocheur et original. Dès les premières pages, on ressent très bien que le protagoniste est jeune. J’ai eu un peu de mal donc à plonger dans ce genre qui m’est moins familier. Mais petit à petit je m’y suis habituée, j’ai eu l’impression que le protagoniste devenait de plus en plus mature du haut de ses 12 ans, après avoir reçu des responsabilités.

J’ai bien aimé le style de l’auteur avec ce roman. Il est à la fois fluide, sans trop de complications, mais sans pour autant tomber trop dans le roman jeunesse. Et c’est ce que j’ai apprécié, car le livre s’ouvre finalement à tous les publics. Un peu de mal à plonger dans ce monde si particulier qu’est Trembleterre au début, mais on s’y fait facilement, l’auteure réussit à nous captiver en ajoutant des rebondissements là où il faut. On a aussi le droit à quelques détails qui nous permettent de visualiser les scènes.

Je ne souhaite pas trop m’étendre sur l’intrigue, car ce serait la gâcher et je veux absolument laisser la surprise à ceux qui commenceront le livre. Mais en tout cas le roman nous réserve de belles surprises, je me suis laissée charmer par l’histoire et j’ai bien adoré !

Quant aux personnages, je parlerai surtout de Grimsly. Comme je l’ai dit plus haut, Grimsly gagne en maturité, et c’est ce que j’ai apprécié dans le personnage. Il se rend compte de ce qu’il est, le seul garçon normal dans un monde magique, mais il ne se laisse pas abattre et fait tout pour ses amis et pour Trembleterre, bien qu’il paraisse si isolé du reste. J’ai apprécié ce garçon, il n’accomplit pas de grandes choses, mais il garde la tête sur les épaules et il a une personnalité profonde que j’ai appris à bien aimer.

Quelques mots sur la fin : il conclut à merveille cette aventure, quoi que sans trop de surprises, mais le livre a été une lecture toute en légèreté et curiosité du début à la fin.

En bref, une aventure palpitante aux côtés d’un jeune garçon attachant dans un univers où la magie règne. Ce fut une belle surprise jeunesse pour moi, alors j’espère que le livre vous plaira aussi ! Je vous le recommande

Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAITS

« Un labrador donne naissance à une portée de chiots ! Rien que des labradors ! Pas un seul porcelet mauve parmi eux ! »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Tout le monde sait qu’aucune sagesse ne découle de la panique. »

Publié dans Non classé | Tagué , , | Laisser un commentaire

NOS DESTINS INACHEVES, Livre

Nos destins inachevés par Audouin-MamikonianParis
Catherine n’a pas eu le choix.
Lorsque son mari a été assassiné sous ses yeux alors qu’ils s’apprêtaient à découvrir ensemble le secret de la vie éternelle, la jeune chercheuse a pris la fuite.
New York
Maximilien va devenir fou.
Lorsqu’il découvre que la femme en charge du nettoyage de son laboratoire est une brillante scientifique, il est sûr d’avoir démasqué une espionne. Mais plus il apprend à connaître Catherine, plus il tombe sous le charme de cette femme brisée.
Jusqu’à ce qu’elle disparaisse.
Maximilien n’a alors qu’un but : la retrouver.

EN PARTENARIAT avec les Editions Michel Lafon ()

● Titre : Nos Destins Inachevés
● Auteur : Sophie Audouin-Mamikonian
● Genres : Thriller / Romance
● Nombre de pages : 427 pages
● Edition : Michel Lafon
● Prix broché : 19€95



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Sophie Audouin-Mamikonian
S.A.R. Princesse Sophie Audouin-Mamikonian
est une autrice française d’origine arménienne de littérature d’enfance et de jeunesse.
Arrière petite-nièce de Tristan Bernard, petite-fille de Pierre Veber, nièce de Francis Veber, Sophie Audouin-Mamikonian est née au Pays basque d’où elle a puisé les contes et légendes alimentant son imaginaire.
Mariée, mère de deux filles, Diane et Marine, qui sont ses correctrices, elle partage son temps entre sa famille, l’écriture et ses activités de princesse d’Arménie avec l’association Douleurs sans frontière, dirigée par le docteur Alain Série.
Sophie Audouin-Mamikonian est surtout connue pour sa décalogie Tara Duncan, un univers dans lequel évolue la jeune héroïne éponyme, une « sortcelière » dotée d’un pouvoir extraordinaire qu’elle a souvent bien du mal à contrôler. La fréquence de parution est d’un tome par an.
Elle est l’auteure de Clara Chocolat, une série pour les plus petits et de La Danse des obèses, un thriller pour adultes.
Sophie Audouin-Mamikonian est également l’auteur d’une série en 4 tomes consacrée à l’univers des loups garous : Indiana Teller.
Plus récemment, La couleur de l’âme des anges, sa série pour adolescents et jeunes adultes. 



◆ MON AVIS ◆

Avant toute chose, je tiens à remercier les Editions Michel Lafon de nouveau pour ce partenariat et l’envoi du roman. Dès que j’ai vu le nom de l’auteur, j’ai tout de suite été curieuse quant à ce livre, puisque j’ai toujours voulu découvrir la plume de cet auteur tellement connu et apprécié par mes amis. Le résumé m’intriguait mais sans plus, n’étant pas vraiment une fan de la romance ou des thrillers. Mais je me suis laissée tenter, et j’ai bien fait !

On suit l’histoire de Catherine, jeune femme qui a vu son mari être assassiné devant ses yeux, faisant d’elle la suspecte principale puisque le tueur n’a jamais été retrouvé. Chercheuse, elle travaillait sur des recherches visant à prolonger la vie humaine, mais elle abandonne tout à la mort de son mari, fuyant le devant de la scène en laissant derrière elle son nom et prénom, et se fait engager comme femme de ménage dans la maison d’un grand scientifique, Maximilien, qui la soupçonne d’être une espionne. Mais le destin a décidé de ne pas laisser Catherine tranquille, et de nouvelles péripéties surgissent pour cette pauvre femme qui n’a pas une vie facile.

J’ai eu bien du mal à me plonger dans l’intrigue et les premières pages. Nous sommes directement face à divers points de vue et on rencontre ainsi certains personnages. Tout est assez flou, on se retrouve avec plusieurs informations difficiles à traiter, mais soit, il fait laisser du temps au temps et j’ai poursuivi ma lecture, des questions plein la tête. Ce qui a rendu ma lecture au début difficile a été tout le côté scientifique et très précis apporté par l’auteure. Les protagonistes étant des scientifiques, il va de soit que le sujet principal sera la science. Au début, j’ai été surprise par autant de termes précis, on s’y perd un peu. Mais passés quelques chapitres, on se familiarise avec le milieu et on commence à ne plus trop rester sur ces petits obstacles de notre vocabulaire.

Grâce à ce livre, j’ai découvert la plume de Sophie Audouin-Mamikonian. Et ce fut une très bonne surprise ! L’auteure sait manier les mots, les réutiliser, les modifier. Elle maitrise aussi le rythme de ses chapitres, ajoutant ici et là des détails qui nous permettent de mieux visualiser l’environnement ou de mieux comprendre certaines choses.

L’intrigue se tisse peu à peu et, mine de rien, est assez complexe et développée. On y suit plusieurs personnages en parallèle, chacun menant une vie différente. L’histoire de Catherine reste tout de même la clé de l’oeuvre, et le fil principal est suivi avec parfois quelques petites dérivations, ajoutant du réalisme et de la précision.

Le vocabulaire se fait riche, approprié, moderne. Par ailleurs, on découvre un roman avec un côté assez sombre, et des sujets tabous, ou du moins peu habituels, sont abordés et je trouve cela bien, puisque le roman se veut réaliste et actuel avant tout. C’est un thriller comme je les aime, ni trop sombre, ni pas assez et ne se contentant pas d’une intrigue banale, mais quelque chose de plus creusé.

Quant aux personnages maintenant, ils sont en nombre conséquent, chacun ayant une place bien précise dans le roman. Concernant Catherine, c’est une femme très forte, capable de tout pour pouvoir vivre sa vie normalement, bien que cela lui soit impossible. Mais j’ai bien apprécié sa personnalité profonde qui cache un brillant esprit. Concernant Maximilien, je n’ai pas vraiment réussi à le cerner alors je ne saurais vous dire si je l’ai apprécié ou non. Mais il est déterminé et un très grand scientifique, tout comme Catherine.

Le livre réussit à nous surprendre avec quelques rebondissements, certains moments étant parfois prévisibles. Cependant, l’intrigue mène son bout de chemin de A à Z, et cela a été pour moi une lecture assez rafraîchissante pour les deux genres du livre, et cela m’a un peu mieux mise en confiance vis à vis des thrillers et de la romance, dont je n’étais pas particulièrement fan mais que j’ai su apprécié ici.

En bref, un thriller qui peut surprendre au début, mais qui se révèle être une bonne lecture, avec une intrigue riche et des personnages profonds. je vous recommande ce roman si vous aimez les thrillers ! Et puis le livre est aussi ouvert aux passionnés de romance, mais d’une manière différente !

◆ Note : ★★★★☆ ◆



EXTRAIT

« Quand la vie vous en veut vraiment, c’est l’enfer. La question n’est donc pas « Mais qu’est-ce que j’ai fait dans une vie antérieure ? » ou « Qu’est-ce que j’ai fait », tout court, « pour avoir une vie aussi pourrie ? » mais « Si Dieu existe, on va avoir une p….. d’explication, lui et moi! » »

Publié dans Non classé | Tagué , , | Laisser un commentaire

ET ILS MEURENT TOUS LES DEUX A LA FIN, Livre

Et ils meurent tous les deux à la fin par SilveraLe 5 septembre, un peu après minuit, les services de Death-Cast appellent Mateo Torrez et Rufus Emeterio pour leur annoncer une bien mauvaise nouvelle : c’est aujourd’hui qu’ils vont mourir. Mateo et Rufus ne se connaissent pas, mais, pour des raisons différentes, ils cherchent tous deux à se faire un nouvel ami en ce jour final. La bonne nouvelle ? Il existe une appli pour ça ! L’appli s’appelle « Le Dernier Ami », et grâce à elle, Rufus et Mateo vont se rencontrer pour une ultime grande aventure : vivre toute une vie en une seule journée. 


● Titre : Et ils meurent tous les deux à la fin
● Auteur : Adam Silvera
● Genre : Young-Adult
● Nombre de pages : 414 pages
● Edition : Michel Lafon
● Prix broché : 17€90



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Adam Silvera
Adam Silvera est devenu un auteur best-seller du New York Times dès son premier roman. Il est né et a grandi dans le Bronx. Après avoir travaillé en librairie, il s’est tourné vers l’édition jeunesse où il s’est notamment occupé d’un site de creative writing pour adolescents, tout en écrivant de nombreuses critiques de romans jeunesse et YA. Inexplicablement grand, Adam Silvera vit à New York.



◆ MON AVIS ◆

J’ai découvert ce livre en me promenant dans les rayons livre d’un magasin. Il m’a immédiatement attirée avec son titre si étrange et assez original. « Et ils meurent tous les deux à la fin » comment ne pas résister à l’envie de lire le résumé en quatrième de couverture. D’autant plus que la couverture est juste superbe et Collection R ne me déçoit toujours pas avec ses magnifiques illustrations de couverture, à la fois simple mais avec de belles couleurs et formes.

L’histoire est celle de Mateo et Rufus, dans un monde légèrement futuriste. Les deux jeunes hommes ne se connaissent et pourtant, en ce 5 septembre, ils vont trouver un point commun : Death-Cast, le nouveau système de ce futur proche qui appelle tous les jours des personnes pour leur annoncer leur mort prochaine. Et quand Mateo et Rufus reçoivent leur dernier appel, ils vont tous les deux se convaincre de s’inscrire sur l’application « Dernier Ami » qui permet de discuter avec des gens avant l’heure fatidique. Et les deux garçons vont entrer en contact et vivre leur dernière journée comme la grande aventure de leur vie.

Il est très risqué d’écrire un livre avec un tel titre, puisque ce n’est pas traditionnel je trouve, vu que l’on ne connaît habituellement pas la fin. J’ai déjà eu l’occasion de lire des romans où le titre donne clairement le ton quant à la fin et cela nous donne une telle leçon de vie, bien que ce ne soit que fictif et sorti de l’imaginaire d’Adam Silvera.

J’avais quelques appréhensions avant de commencer ma lecture, espérant très fort que le roman ne serait pas trop cliché ou dépourvu de profondeur à cause du titre. Mais, à la place, j’ai découvert un roman plein de saveurs. L’intrigue est captivante, elle commence réellement lorsque les deux garçons entrent en contact après s’être convaincu qu’ils ne devaient pas se morfondre.

Le contexte est posé dès les premières pages, et on plonge sans mal dans l’univers de l’auteur. Là où on s’attendrait à avoir une introduction peu détaillée du monde futuriste, on se retrouve avec de très bonnes bases pour un roman unique, sans suite.

Ensuite vint le moment où Mateo et Rufus entrent en contact. Tout au long de leur journée, on les voit évoluer, surtout Mateo. Je n’imagine pas si j’avais été dans leur cas. Ils ont si peu de temps pour dire beaucoup à haute voix. C’est bien différent que de ne pas savoir à l’avance quand on va mourir. Il faut alors dire au revoir à ses proches, ne pas repenser aux choses que l’on aurait fait ou pas fait, il ne faut pas s’effondrer. Et c’est ce que décide de faire Mateo et Rufus en s’inscrivant sur l’application pour trouver une personne avec qui passer ses dernières heures.

Mateo est un garçon avec une personnalité profonde et complexe, il fait beaucoup d’efforts pour que cette journée soit la meilleure avant la fin. Quant à Rufus, les apparences sont trompeuses et on découvre un jeune homme incroyable. Les deux forment la paire et on vit l’aventure à leurs côtés. Ces deux Deckers, ceux qui ont reçu le fameux appel, vont alors parcourir les rues et nous offrir de très beaux dialogues sur la vie et la mort.

Par ailleurs, l’auteur met l’accent sur les émotions de chaque personnage. Nous avons, non pas seulement le point de vue de Mateo et Rufus, mais aussi celui d’autres personnages, que l’on connait plus ou moins et on se rend compte que l’intrigue est bien tissée et ne part pas dans tous les sens. Adam Silvera exprime les pensées et les émotions de nos deux protagonistes avec précision et on s’identifie sans mal à nos héros.

Les pages s’enchaînent toutes seules, le vocabulaire est idéal et les descriptions nous plongent au coeur de l’action. On vit cette journée à 100% avec eux, à travers les expériences qu’ils vivent et les choix qu’ils font.

Quelques mots sur cette fameuse fin : et bien découvrez-la par vous-mêmes ! Car beaucoup de choses se passent avant d’approcher de la fin. Mais cela clôt à merveille cette histoire captivante.

En bref, une petite pépite d’émotions qui nous plonge au cœur de la dernière journée de ces deux incroyables protagonistes et qui nous donnent une belle leçon de vie : vivez cette journée comme si c’était la dernière. Un titre dramatique mais qui donne pourtant une vraie leçon de vie : il faut vivre avant qu’il ne soit pas trop tard. Je vous recommande vivement ce roman si vous souhaitez avoir un mélange d’émotions et une lecture rapide et pourtant fort belle !

◆ Note : ★★★★★ ◆

coup de coeur



EXTRAITS

« En refusant de vivre comme si j’étais invincible tous les jours où je n’ai pas reçu d’alerte, j’ai gaspillé tous ces hiers et maintenant il ne me reste plus du tout de demains… »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« C’est en survivant que j’ai compris qu’il valait mieux être en vie en ayant envie d’être mort que de mourir en ayant envie de vivre pour toujours. »

Publié dans Non classé | Tagué , | 1 commentaire

LUNE POURPRE, Livre tome 1

Lune pourpre, tome 1 : Initiée  par DanaeLilith, fille de paysan, vit en autarcie dans un village reculé, rongé par les superstitions et les cultes de divinités. Obligée de dissimuler sa vraie nature, elle reçoit un jour la visite d’un homme très singulier, qui prétend pouvoir la protéger de tous les dangers. Malgré elle, Lilith va devoir faire face à de nouvelles responsabilités, dans un monde où elle est considérée comme une icône susceptible de redonner à Hibendrill sa splendeur d’antan. 

● Titre : Lune Pourpre
● Numéro : Tome 1 : Initiée
● Auteur : Laëtitia Danae
● Genres : Fantasy / Young Adult
● Nombre de pages : 512 pages
● Edition : SNAG
● Prix broché : 18€00



CRITIQUE PRESSE / AVIS DES BLOGUEURS

« Les 500 pages de ce premier opus se lisent à grande vitesse, avec le bon ton de nous présenter une intrigue qui ne s’achève pas sur un cliffhanger insoutenable, tout en laissant de nombreuses portes ouvertes pour les événements du tome suivant… »
– Actualitté



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Laëtitia Danae
Née un certain vingt avril, Laëtitia Danae a grandi en France, bien qu’originaire de cinq pays différents. Sa famille travaillant en majorité dans le milieu médical, c’est tout naturellement qu’elle s’est lancée dans le domaine hospitalier, en intégrant une école de soins infirmiers. Mais son grand amour est et a toujours été l’écriture. Sa plus grande peur ? Les limites de son imagination.

Attirée par l’odeur entêtante des livres vers l’âge de dix ans, elle n’a saisi la plume qu’une fois adolescente. Avant cela, elle se contentait de ses poupées et d’histoires rocambolesques déclamées à voix haute.

Un ordinateur qui plante et plusieurs fictions de perdues plus tard, Pierre de Lune voit le jour, suivi de Rozenn. De modestes projets au premier abord, qui ont fini par envahir son quotidien et ses songes pour ne plus jamais s’en aller. Depuis, elle ne sort jamais de chez elle sans un livre et un bloc-note au fond de son sac, car Moira, Rozenn et les autres s’invitent dans ses pensées à toute heure du jour et de la nuit.



◆ MON AVIS ◆

La première fois que j’ai entendu parler de ce livre, c’est grâce à mes amies, dont Laetitia Danae figure. Lorsqu’elle nous a dit que son roman allait être édité chez SNAG Editions, forcément j’ai sauté sur l’occasion d’acheter cette jolie brique, avec une couverture qui attire l’œil avec le loup et la jeune fille. La couleur orange du dos et de la quatrième de couverture contraste un peu avec le ton terne du titre et j’ai craqué cet été pour commencer le livre qui promettait une longue et intrigante aventure.

L’histoire est celle de Lilith, une jeune fille de 10 ans qui se découvre des dons assez étranges et qu’elle cache à tout prix aux yeux du monde, et vit en compagnie de son père. Mais un beau jour, un homme qui appartient à un peuple loin d’ici se présente à elle et Lilith va devoir suivre celui qui se prétend son protecteur et qui est au courant de ses dons. Lilith se lance donc dans l’aventure de sa vie, étant bien trop en danger en restant aux côtés de son père, et elle se dirige sur les traces de son destin et va découvrir le monde qui l’entoure parmi un peuple si étrange.

Le résumé ne pouvait que me plaire : une héroïne de fantasy à l’état pur, un monde déchiré et de la magie. J’ai immédiatement ouvert le livre et, bien que j’ai dû étaler ma lecture sur deux longs mois en raison d’une baisse d’envie de lire, j’ai été plongée dans une histoire incroyable. Pour une histoire de fantasy, j’ai trouvé que l’auteure a réussi à rendre son œuvre originale, elle a su s’approprier ce genre littéraire à sa manière, au point où j’ai adoré ma lecture. J’adore la fantasy, et j’ai déjà vu de nombreux mondes, mais celui de Laetitia Danae est vaste et incroyable.

Tout d’abord, la plume de Laetitia est douce, fluide et ne manque pas de détails croustillants. On se laisse bercer dans l’intrigue et les lignes défilent toutes seuls. Malgré ma panne de motivation pour lire, j’arrivais très facilement à replonger dans ma lecture, l’histoire me restait en tête et je pouvais poursuivre. C’est agréable de ne pas avoir à relire les pages précédentes pour savoir ce qu’il s’était passé la dernière fois qu’on a ouvert le livre. Le vocabulaire est très bon et Laetitia pose tranquillement son univers afin que l’on ne reçoive pas une avalanche d’informations

Le moment où j’ai commencé à vraiment adorer ma lecture et à dévorer les pages dans la seconde moitié du livre. On peut vraiment séparer le livre en deux, et ce qu’il se passe dans cette seconde partie est vraiment top et on se lance enfin au cœur de l’intrigue qui ne faisait que démarrer. Bien que le début du roman est tout aussi incroyable mais le fil conducteur de l’histoire se poursuit enfin. Je ne vous spoilerai rien mais en tout cas ce qui survient au milieu du livre rend le tout très intrigant et très accrocheur, à tel point que l’on s’y fait vite.

Concernant les personnages, j’ai grandement apprécié Lilith, elle et son âme d’enfant qui vit dans son petit univers d’innocence mais va vite découvrir ce qu’est réellement la vie, mais aussi et surtout son destin. Pas facile pour les épaules d’une jeune enfant de 10 ans. Elle a une force de caractère et une personnalité si développée que l’on peut facilement s’identifier à elle, on suit son histoire et on apprend vite à la connaître et à l’apprécier, au fil des années. Quant à son fameux protecteur dont je ne spoilerai rien d’important à son sujet, sa sagesse et sa présence sont très réconfortantes pour Lilith, et c’est un personnage fort sympathique.

J’ai eu un peu plus de mal avec le père de Lilith, sans trop savoir pourquoi, mais en tout cas sa relation avec Lilith est vraiment forte. Il y a beaucoup d’autres personnages très importants dans l’intrigue, mais qui surgissent au fur et à mesure. Et ils apparaissent très réalistes, nous permettant de mieux nous fondre dans la lecture.

Tout au long de ma lecture, j’ai adoré enchaîner les pages jusqu’à arriver vers la fin du roman, où tout devient si intéressant ! Je ne raconterai rien de la fin, si ce n’est qu’elle donne envie de continuer avec cette intrigue très prometteuse !

En bref, un coup de cœur pour ce roman de fantasy, avec une auteure qui s’approprie le genre avec un univers vaste, une héroïne au fort caractère et une intrigue développée et pleine de magie ! Je recommande ce roman à ceux qui adorent les briques de fantasy young-adult et qui veulent plonger dans une histoire géniale !

◆ Note : ★★★★★ ◆

coup de coeur



EXTRAITS

« Trois choses étaient en mesure de lui faire vraiment une peur bleue : les spectres de son passé, la hantise de son présent et la crainte de son futur. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« — Tu sais ce que j’aime chez toi ? Tu parviens à voir le meilleur en chacun de nous, même chez les pires personnes. Méfie-toi néanmoins, cette qualité est à double tranchant, tu pourrais en faire les frais. Certains individus sont mauvais, ni plus ni moins. »

Publié dans Non classé | Tagué , , , | Laisser un commentaire