WILL & WILL, Livre

will et willWill Grayson se méfie des sentiments. Les histoires de coeur portent la poisse, tout le temps. Alors dans la vie, autant se faire discret. Son meilleur ami, Tiny Cooper, est à la fois une bénédiction et une vraie plaie : ami fidèle et rayonnant, il est aussi ouvertement gay que corpulent et n’a pas l’habitude de passer inaperçu. À l’autre bout de la ville, un adolescent en pleine déprime assume mal sa différence. Le hasard veut qu’il se nomme lui aussi Will Grayson…



● Titre : Will & WIll
● Auteurs : John Green & David Levithan
● Genre : Young-Adult 
● Nombre de pages : 384 pages
● Edition : Gallimard Jeunesse
● Prix poche : 15€00



BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, John Green
A l’issue de ses études universitaires à Kenyon College (Gambier, Ohio) en 2000, il s’est installé à Chicago. Il a été chroniqueur de radio et critique littéraire pour des revues spécialisées. Il a également analysé des livres pour la Critique Littéraire du New York Times et écrit pour All Things Considered une émission de la National Public Radio et WBEZ, la station de radio publique de Chicago. Green a vécu deux ans à New York pendant que sa femme complétait son troisième cycle universitaire.

Son premier roman, Qui es-tu Alaska ? a été récompensé par le prestigieux prix Michael L. Printz Award, décerné chaque année à un livre à destination du public adolescent. Il a également reçu le prix d’honneur de cette distinction pour son second roman Le Théorème des Katherine. La Face Cachée de Margo est son troisième roman pour adolescents. Son cinquième roman, Nos étoiles contraires est sorti en 2012 et est adapté au cinéma par Josh Boone.

BIOGRAPHIE DE L’AUTEUR, Cendrine Wolf
David Levithan est un auteur gay américain. Il a publié son premier livre, Boy Meets Boy en 2003. Il est l’auteur de Nick and Norah’s Infinite Playlist (Une Nuit à New-York) , co-écrit avec Rachel Cohn en 2006 et adapté au cinéma en 2007.



◆ MON AVIS ◆

Lorsqu’on aime énormément un auteur, on a qu’une envie : lire toutes ses oeuvres. Pour ma part, j’ai de la chance. John Green n’a pas écrit énormément de livres ! Lire Will & Will était donc devenu une priorité, même si John Green n’était pas tout seul, puisque David Levithan l’a accompagné dans l’aventure de nos deux Will Grayson. Et autant dire que j’ai parfaitement bien fait de lire ce beau roman !

L’histoire, c’est celle de Will Grayson. Adolescent banal qui se méfie des sentiments pour ne pas s’en mordre les doigts et tomber de haut, il aime sa discrétion plus que tout. Sauf que ce n’est pas facile pour quelqu’un dont le meilleur ami est son opposé. Ils sont comme des frères, mais Tiny Cooper ne semble pas aimer passer inaperçu. Alors forcément, la vie n’est pas simple tous les jours pour Will Grayson. Et encore plus lorsque, non loin de là, un garçon mal dans sa peau se nomme lui aussi Will Grayson.

Pour commencer, dès que l’on voit une histoire avec ce tel pourcentage d’originalité, moi je dis oui ! Je ne connais pas très bien David Levithan, mais je dirais que John Green a apporté sa plume pleine d’originalité à leur oeuvre ! Une histoire comme celle-là, on en voit pas tous les jours. Et c’est la raison qui m’a poussée à lire le roman.

Dès les premières pages, les auteurs nous captivent par leur réalisme et leur humour totalement incroyable (e soupçonne énormément John Green d’y avoir ajouté sa dose d’ailleurs !). Les décors sont installés et détaillés, les personnages apparaissent et l’histoire se met en place doucement. Quoi de mieux pour nous plonger en douceur dans un livre unique en son genre ?

En parlant des personnages, ils sont à la fois clichés et uniques. Le garçon mal dans sa peau, celui qui fuit les sentiments comme la peau, celui qui s’affirme un peu trop et j’en passe. Mais ils ont une personnalité tellement creusée et parfois complexe que je souligne encore et encore leur originalité. On découvre des personnages humains en fait car cela dépasse la fiction. Bon c’est un extrême mais c’est cette sensation que j’ai eu à la lecture.

Comme John Green a mis sa main à la pâte, forcément il y a une morale : savoir accepter l’autre et s’accepter soi-même. En abordant le thème de l’homosexualité avec fortes émotions, les deux auteurs ont su parler à travers leurs mots. Et c’est, je pense, grâce à la plume David Levithan que cette parole transparaît encore plus. C’est beau, c’est bien dit, c’est merveilleux. Je ne peux demander mieux.

Pour l’histoire en elle-même, elle est superbement bien menée, avec des rebondissements, un peu d’action et une immense dose de réalisme. Et c’est sans oublier l’humour qui parcourt le livre. Une dose de rires à la John Green et à la David Levithan, forcément ça passe plus que bien.

Pour finir, ce que j’ai le plus apprécié dans cette oeuvre, c’est sa finesse et sa justesse des mots. Allez jeter un coup d’oeil aux extraits, juste pour le plaisir des yeux. C’est dur de ne pas être sensible à ce genre de métaphores et de vérités.

En bref, vous l’aurez compris, c’est le coup de foudre. Un roman young-adult qui traverse le coeur et l’esprit par son originalité et sa beauté d’écriture. John Green et David Levithan nous offre un chef d’oeuvre du genre, c’est certain !

◆ Note : ★★★★★ ◆

coup de coeur



EXTRAITS

« Tu sais, Phil Wrayson m’a appris un mot, un jour : weltschmerz. C’est le sentiment d’abattement qu’on ressent quand le monde extérieur ne correspond pas au monde tel qu’on voudrait qu’il soit. Moi, je vis dans un océan permanent de weltschmerz, tu vois ? Et toi aussi. Et tout les gens qui nous entourent. Parce que tout le monde pense qu’on devrait pouvoir se laisser tomber, encore et encore, sans jamais s’arrêter, sentir l’ivresse de la chute et le souffle de l’air sur son visage, ce vent si fort qui vous sculte un sourire dément sur les lèvres. Et ça devrait être possible. On devrait pouvoir s’élancer dans le vide toute sa vie sans jamais, jamais s’arrêter. »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Pour vivre, il faut tomber, atterrir, se relever et recommencer de plus belle. Pour vivre, il faut tomber, prendre le risque de voler sans ailes »

◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆ ◇ ◆

« Les gens sont quand même tous cinglés, au cas où tu l’aurais pas remarqué. »

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour WILL & WILL, Livre

  1. Cassandre dit :

    J’en garde un excellent souvenir ! J’aimerais bien le relire 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s